Cartographier les domestications animales et végétales

La domestication est une manifestation des relations complexes qu’entretiennent les populations humaines avec les autres animaux et les végétaux. Outre ses implications socio-culturelles considérables, elle est caractérisée par des modifications génétiques et phénotypiques progressives des organismes vivants. La forme végétale ou animale domestiquée devient, de fait, génétiquement différente de son ancêtre sauvage. Ces transformations, dont les premières manifestations phénotypiques ont pu nécessiter plusieurs siècles pour les domestications anciennes, sont le résultat de pressions de sélection, volontaires ou non, générées par l’activité humaine.

Nikolai Ivanovitj Vavilov, généticien et botaniste russe, dans la suite des travaux de Charles Darwin et d’Alphonse de Candolle, est le premier à cartographier de possibles centres de domestication des plantes en s’appuyant sur la distribution actuelle et le degré de diversité génétique des plantes collectées à travers le monde (Vavilov, 2015 [1940] pour une traduction française). Ces travaux ont posé les bases d’une recherche subséquente qui s’attache à prendre en compte les vestiges archéologiques pour comprendre les dynamiques de domestication. Dans une perspective d’enseignement et plus largement de diffusion des connaissances au plus grand nombre, les interfaces graphiques comme les cartes sont un outil particulièrement adapté. La présente proposition cartographique (fig. 1), régulièrement utilisée lors des journées porte-ouverte (Fête de la science, Journées européennes de l’archéologie, etc.) et récemment publiée sous plusieurs formats (Vigne et David dir., 2022 ; https://hal-mnhn.archives-ouvertes.fr/mnhn-03869995v1 ; Vigne, 2023), produit un discours visuel efficace et facilite le dialogue avec le grand public. Si de telles cartes existent (Bellwood, 2005 ; Smith, 2006 ; Price, 2009 ; Vigne, 2012 ; Le Monde, 2012 ; Fuller et al., 2014 ; Irving-Pease et al., 2018 ; Zhao et al., 2021), peu proposent conjointement les lieux et dates de domestication et rares sont celles regroupant plantes et animaux.

Fig. 1 :
État actuel des connaissances concernant les lieux et les dates de domestication de végétaux et d’animaux.

Les dates sont notées par rapport au présent.
© UMR AASPE (CNRS, MNHN)/La Découverte ; coordination : C. Bouchaud et S. Bréhard ;

réalisation : atelier de création cartographique AFDEC.

La question où et quand les plantes et les animaux ont été domestiqués est au cœur des recherches développées au sein de l’UMR 7209-AASPE [https://archeozoo-archeobota.mnhn.fr] ; nous avons donc sollicité les membres de notre unité afin de compléter les données fauniques et botaniques existantes. La cartographie finale est l’aboutissement de discussions scientifiques nourries et de choix qui, paradoxalement, figent des données qui sont continuellement remises en question et corrigées. Ainsi, la carte n’est pas exhaustive, mais présente les taxons végétaux et animaux les mieux documentés, en précisant pour chacun la géographie et la chronologie de l’apparition des formes domestiquées. La liste comprend des végétaux et des animaux économiques majeurs du XXIe siècle et d’autres moins connus du public occidental. Seuls les taxons pour lesquels il existe un minimum d’informations fiables issues de publications scientifiques portant sur les processus de domestication ont été retenus. Ainsi, l’absence de ces informations sur des plantes et animaux domestiques très communs, comme la carotte et l’abeille, explique que ces derniers ne sont pas représentés.

Selon cette même logique, les dates fournies sont, dans la plupart des cas, à comprendre comme une limite basse, l’avancée des recherches faisant généralement reculer le consensus du moment : par exemple, la domestication du cheval remonte à, au moins, 5 500 ans. Cette carte représente donc un état de l’art à un instant t – la revue bibliographique la plus exhaustive possible s’est arrêtée au printemps 2022 – et est amenée à évoluer. Depuis un an, une nouvelle publication s’appuyant sur des vestiges archéologiques directement datés par radiocarbone a fait reculer l’âge du plus ancien chien d’Europe de l’Ouest à environ 17 000 ans (Hervalla et al., 2022) et des travaux de génétique des populations portant sur la vigne confirment des hypothèses émises à partir des données archéologiques suggérant l’existence de deux centres de domestication indépendants, dans le Caucase et dans le sud-ouest de l’Asie (Dong et al., 2023).

Enfin, le moineau domestique (Passer domesticus) et la souris grise (Mus musculus), parfois appelée souris domestique, n’ont pas été retenus, le qualificatif domestique renvoyant ici à leur présence dans les constructions et habitations humaines (du latin domesticus « de la maison, de la famille »)

Les recherches portant sur la domestication des plantes et des animaux, menées au sein de l’UMR 7209-AASPE et dans d’autres unités, reposent en premier lieu sur l’étude des vestiges animaux et végétaux mis au jour sur les sites archéologiques et s’appuient sur des approches variées basées sur l’anatomie et la morphologie comparatives, la caractérisation physico-chimique des vestiges botaniques et fauniques ou encore la génétique des populations actuelles et les analyses archéo-génétiques.

Le processus de domestication des animaux et des plantes, ayant conduit à l’apparition de nouvelles sous-espèces, comprend une première phase, plus ou moins longue, parfois qualifiée de proto-domestication : la morphologie des taxons s’apparente encore à des formes sauvages mais leur abondance, les contextes d’habitat dans lesquels ils sont trouvés, leur association avec d’autres taxons, les modifications démographiques ou encore leur présence hors de leur aire de répartition naturelle suggèrent une forme de gestion et de soin de groupes ou sous-populations d’animaux et de plantes sauvages.

Fig. 2 : Photographie de deux pépins actuels en vue dorsale,
un sauvage (Vitis vinifera ssp. sylvestris, à gauche) provenant de la station du Pic St Loup (Hérault, France),
un domestique (Vitis vinifera ssp. vinifera, à droite) issu du cépage Pinot blanc
(Collection du Centre de Ressources Biologiques de la Vigne (CRB-Vigne)
de Vassal-Montpellier). © Sarah Ivorra, ISEM.

Les critères utilisés pour définir la domestication peuvent différer selon les chercheurs et chercheuses, mais également selon que l’on travaille sur les plantes ou les animaux. Pour les archéobotanistes, l’abondance et le contexte des découvertes et la présence d’adventices1 peuvent constituer les premiers indices de mise en culture de plantes, en particulier des céréales. Par la suite, les critères morphologiques et physiologiques sont utilisés, en particulier l’augmentation de la taille et la modification du nombre et de la forme des graines, fruits et inflorescences. Ainsi, les pépins de vigne sauvage se distinguent morphologiquement des pépins de vigne domestiquée – les premiers ayant une forme ovoïde et un bec court, tandis que les second ont un corps et un bec plus allongés (Bouby et al., 2013) (fig. 2). La domestication se traduit également par la perte de la déhiscence2 chez certaines plantes. À l’état sauvage, les épillets de graminées arrivant à maturité tombent au sol, perpétuant ainsi la régénération de l’espèce, tandis que les graminées cultivées perdent progressivement leur capacité à disperser leurs graines naturellement (fig. 3). Ce phénomène s’observe sur les éléments de vannes. Les cicatrices d’abscission sont lisses chez les graminées (sauvages), rugueuses chez les céréales (graminées domestiquées) (fig. 4). Ces deux critères, augmentation et modification de la forme des graines et perte de déhiscence, sont les principaux marqueurs soulignant la lenteur et la complexité des domestications anciennes (Allaby et al., 2022).

Précédant les modifications morphologiques d’ampleur, les premiers critères utilisés par les archéozoologues pour identifier le processus de domestication sont le transport intentionnel d’animaux hors de leur aire de répartition naturelle, le contexte de découverte des vestiges fauniques, la mise en évidence de zones de parcage près des habitats et les modifications démographiques (changements dans les distributions d’âge et de sexe par comparaison avec des contextes de chasse). Un changement de régime alimentaire, lié à l’incorporation de produits agricoles dans l’alimentation des animaux, peut également constituer un argument en ce sens ; ce changement est identifié grâce à l’analyse biogéochimique des restes osseux. Des modifications génétiques (déterminant la couleur du pelage, par exemple) et morphologiques de faible intensité (modification de la forme des chevilles osseuses3 ou de celle des éléments squelettiques impactés par une réduction de la mobilité ; diminution progressive de la taille) apparaissent également et peuvent être mises en évidence grâce aux approches de morphométrie (géométrique) et de paléogénétique.

Selon que l’on inclut ou non les toutes premières phases du processus de domestication, lorsqu’aucun changement morphologique n’est décelable, les dates de la domestication d’une plante ou d’un animal peuvent donc varier. Pour les plantes, la plupart des dates retenues ici renvoient à des modifications morphologiques visibles, alors que pour les animaux, les toutes premières phases sont souvent intégrées.

L’ensemble de ces découvertes aide à appréhender la profondeur du temps et donne à voir une histoire complexe et protéiforme des domestications, ayant en commun une familiarisation lente et progressive des mondes humains et autres qu’humains.

1 Plantes poussant spontanément dans un milieu anthropisé, communément qualifiées de « mauvaises herbes » ou « herbes folles ».

2 Capacité de dispersion des organes de reproduction

3 Parties osseuses de l’os frontal des ruminants recouvertes d’un étui corné (ce dernier se conserve rarement en contexte archéologique).

Bibliographie

Allaby, R.G., Stevens, C.J., Kistler, L., Fuller, D.Q., 2022. Emerging evidence of plant domestication as a landscape-level process. Trends Ecol Evol 37, 268–279. https://doi.org/10.1016/j.tree.2021.11.002

Bellwood, P., 2005. First Farmers: The Origins of Agricultural Societies, Wiley-Blackwell, Oxford.

Bouby, L., Figueiral, I., Bouchette, A., Rovira, N., Ivorra, S., Lacombe, T., Pastor, T., Picq, S., Marinval, P., Terral, J.-F., 2013. Bioarchaeological Insights into the Process of Domestication of Grapevine (Vitis vinifera L.) during Roman Times in Southern France. PLOS ONE 8, e63195. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0063195

Fuller, D.Q., Denham, T., Arroyo-Kalin, M., Lucas, L., Stevens, C.J., Qin, L., Allaby, R.G., Purugganan, M.D., 2014. Convergent evolution and parallelism in plant domestication revealed by an expanding archaeological record. Proceedings of the National Academy of Sciences 111, 6147–6152. https://doi.org/10.1073/pnas.1308937110

Hervella, M., San-Juan-No, A., Aldasoro-Zabala, A., Mariezkurrena, K., Altuna, J., de-la-Rua, C., 2022. The domestic dog that lived ∼17,000 years ago in the Lower Magdalenian of Erralla site (Basque Country): A radiometric and genetic analysis. Journal of Archaeological Science: Reports 46, 103706. https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2022.103706

Irving-Pease, E.K., Ryan, H., Jamieson, A., Dimopoulos, E.A., Larson, G., Frantz, L.A.F., 2018. Paleogenomics of Animal Domestication, in: Lindqvist, C., Rajora, O. (Eds), Paleogenomics. Population Genomics. Springer, Cham., pp. 225–272. https://doi.org/10.1007/13836_2018_55

Le Monde, 2012. Cahier du « Monde » n° 21019 daté du samedi 18 août 2012, pp. 4-5. 

Price, T.D., 2009. Ancient farming in eastern North America. Proceedings of the National Academy of Sciences 106, 6427–6428. https://doi.org/10.1073/pnas.0902617106

Smith, B.D., 2006. Eastern North America as an independent center of plant domestication. PNAS 103, 12223–12228. https://doi.org/10.1073/pnas.0604335103

Vavilov, N., 2015 [1940]. La théorie des centres d’origine des plantes cultivées, avec une introduction de Michel Chauvet, Éditions Petit Génie, Paris.

Vigne, J.-D., 2012. Les débuts de l’élevage, Belin-Le Pommier, Paris.

Vigne, J.-D., 2023. Aux racines de la domestication. Pour la Science 548, 58-63.

Vigne, J.-D., David, B. (Dir.), 2022. La Terre, le vivant, les humains. Petites et grandes découvertes de l’histoire naturelle, Éditions La Découverte/Muséum national d’Histoire naturelle, Paris.

Zhao, Y., Feng, M., Paudel, D., Islam, T., Momotaz, A., Luo, Z., Zhao, Z., Wei, N., Li, S., Xia, Q., Kuang, B., Yang, X., Wang, J. 2021. Advances in Genomics Approaches Shed Light on Crop Domestication. Plants 10, 1571. https://doi.org/10.3390/plants10081571

Les autrices

Charlène Bouchaud est chargée de recherche au CNRS, archéobotaniste, spécialiste des périodes historiques au Moyen-Orient. Elle est membre de l’UMR 7209-AASPE (Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements), CNRS-MNHN, Paris.

Stéphanie Bréhard est maîtresse de conférences du Muséum national d’Histoire naturelle, archéozoologue spécialiste du Néolithique européen. Elle est membre de l’UMR 7209-AASPE (Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements), CNRS-MNHN, Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlène Bouchaud et Stéphanie Bréhard (22 septembre 2023). Cartographier les domestications animales et végétales. Bioarchéologies. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search