Le renouveau de la traction animale

Énergie douce, puissante, écologique, la force motrice animale vit un véritable regain d’intérêt porté par le développement de pratiques agricoles éco-responsables. Son retour s’étend à des domaines de plus en plus diversifiés parmi lesquels les services aux collectivités connaissent un véritable engouement. En France, environ 200 communes s’y sont ainsi converties, pour le ramassage scolaire, la collecte de déchets, l’entretien des espaces verts, la police montée, et découvrent au passage les avantages réciproques de la présence des animaux en ville qui s’avèrent être aussi d’excellents agents de médiation et de pacification sociale et de revalorisation des missions des agents municipaux.

Richelieu, Cozak et Diabolo : acteurs animaux, acteurs de la décroissance et de la transition environnementale à Ungersheim (Haut-Rhin).

Dans cette contribution faisant suite à un entretien avec Jean-Claude Mensch, maire de Ungersheim dans le Haut-Rhin, ainsi qu’à une visite sur place, nous souhaitons apporter un témoignage illustrant l’intérêt, face aux défis de la transition écologique, de réintégrer des animaux au cœur du fonctionnement quotidien des villes et villages et de leur rôle de médiateurs en faveur d’une réorganisation des modes et rythmes de vie. Cette proposition fait écho à celle invitant, lors des journées de prospectives 2021 de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS, à réhabiliter la traction animale et à s’interroger quant à la pertinence de sa contribution à la transformation de nos modes de vie et de fonctionnement. Le propos est d’explorer, à la lumière de l’expérience menée dans cette petite commune péri-urbaine de moins de 3000 habitants, comment le recours à la force animale peut accompagner la conversion vers de nouvelles formes de mobilité, le développement du territoire, la protection du patrimoine vivant, la préservation de l’emploi, l’intégration sociale…

Car c’est bien d’un défi majeur qu’il s’agit. Défi que la commune d’Ungersheim a pris à bras le corps dès 2008, par l’acquisition d’un premier cheval de trait comtois, Richelieu, affecté au ramassage scolaire et rejoint par Cozak en 2015 et Diabolo en 2018. Au fil des années, ces chevaux communaux ont vu leurs compétences s’élargir à l’arrosage et aux travaux de maraîchage (fig.1) et leur présence s’est inscrite de façon pérenne dans le paysage, initiant pas à pas une véritable mutation, synonyme d’économie locale éco-responsable et de qualité de vie et de travail…

Fig. 1 : Richelieu au travail de maraîchage © Mairie de Ungersheim

Associé au projet initial de proposer une offre de transport scolaire (fig.2) permettant aux enfants des quartiers périphériques de la commune de rejoindre l’école de façon sécurisée, l’attrait pour le travail avec un cheval fut déterminant. Indéniablement, c’est la détermination de renouer avec cette forme de compagnonnage qui a fait se concrétiser ce par quoi tout a commencé : l’acquisition, ou plutôt le recrutement, de Richelieu, cheval de trait de race franc-comtoise.

La formation et la conversion d’un employé communal à la conduite, l’acquisition d’une calèche et des accessoires d’équipement (brides, guides, collier, traits, bricole, selle…) s’inscrivent dans ce choix. Arrivé en 2008, à l’âge de 5 ans, formé à la traction, Richelieu s’est adapté à cette activité spécifique, s’intégrant dans le flux de la circulation motorisée, dans un environnement péri urbain, dans lequel rien n’était prévu pour lui. Au cours d’une quinzaine d’années de service, seulement interrompues lors du Covid, Richelieu a déployé ses grandes qualités pour l’attelage et la traction, parcourant annuellement plusieurs milliers de kilomètres, sans aucun incident à déplorer sur le plan de la sécurité. Son utilisation s’est imposée comme une solution rationnelle, et complémentaire à celle d’un engin motorisé. Cette utilisation du cheval de trait représente par ailleurs une opportunité d’emploi, ainsi que le maintien de métiers associés à des savoir-faire faisant partie intégrante du patrimoine : sellier, bourrelier, maréchal-ferrant, vétérinaire rural… C’est donc assez naturellement que l’équipage a été renforcé à partir de 2015, puis en 2018, par l’arrivée de deux co-équipiers intervenant en renfort de Richelieu pour le ramassage scolaire mais aussi pour de nouvelles tâches dans le domaine du maraîchage, sur les terres communales. Dans le sillage de ces nouvelles fonctions assurées par les chevaux, l’équipe d’agents dédiés à la conduite et aux soins des animaux a été consolidée par deux agents communaux supplémentaires.


Fig. 2 : Richelieu, cheval municipal, à l’attelage de la calèche du transport scolaire © Mairie de Ungersheim

Appréciée comme source d’énergie renouvelable, non polluante, mais aussi pour l’action plus respectueuse du sol, en adéquation avec le choix d’un mode de production en biodynamie, l’utilisation des chevaux de trait à Ungersheim a tous les atouts d’une énergie très moderne. Grâce aux faibles investissements et aux charges de fonctionnement réduites, à la diversification des activités qu’elle permet, cette mise à profit de la force de traction des chevaux constitue un véritable outil de développement durable qui, de plus, présente l’avantage de l’autonomie financière et technique.

Ainsi, après avoir quasiment disparu du paysage rural et industriel des alentours du village de Ungersheim, le cheval réalise, comme source d’énergie douce, un retour marqué, à la faveur des nouveaux enjeux sociétaux de préservation, de restauration et d’entretien de l’environnement et de la biodiversité. Par sa polyvalence et ses atouts sur le plan énergétique et écologique, le recours au cheval de trait permet de répondre à des missions de services publics écoresponsables et s’affirme comme pivot central d’un projet de développement durable mené par la commune.

Loin de se limiter à son aspect énergétique, l’intérêt du cheval renvoie aussi, et peut être avant tout, à des enjeux relationnels entre humains et chevaux mais aussi des humains entre eux. Auxiliaire de travail très apprécié pour ses multiples aptitudes, le cheval est aussi un agent de travail dont il faut prendre soin, qu’il faut entretenir, former, qui nécessite un matériel adapté. C’est un aspect fondamental qui est à la base même de cette aventure et de son succès tout au long de plus d’une dizaine d’années de fonctionnement. Le recours aux chevaux s’appuie sur une manière respectueuse de concevoir et de construire les liens entre animaux et humains, tant dans la collaboration directe entre le cheval et son meneur que plus généralement dans les relations entre humains. Le cheval excelle en effet comme médiateur entre les habitants d’un même territoire, entre des publics divers (jeunes et anciens, citadins et urbains, utilisateurs ou consommateurs…) tout en intégrant la biodiversité comme élément clef pour un équilibre entre les vivants.

Le cheval de trait a longtemps fait partie de l’histoire humaine, accompagnant le développement agricole et industriel jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Alliant qualité de vie et qualité de travail, il s’impose comme un acteur à part entière de l’évolution des sociétés humaines dans l’élaboration de nouveaux modes de conception des espaces de vie, de transformation des territoires et de construction du savoir vivre ensemble du monde de demain. Sa place dans le tournant actuel de la décroissance économique et énergétique n’a probablement jamais été autant d’actualité.

Les auteurs

Rose-Marie Arbogast est directrice de recherche au CNRS, membre de l’UMR 7044 (Archimède, Archéologie et Histoire Ancienne : Méditerranée – Europe), Université de Strasbourg.

Jean-Claude Mensch est maire de la commune d’Ungersheim.



Citer ce billet
Rose-Marie Arbogast (2023, 20 octobre). Le renouveau de la traction animale. Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search