Le projet RINO : L’utilisation des dents de Rhinocéros pour l’Industrie chez Néandertal : un comportement Original ?

Ce billet a pour objectif d’informer la communauté d’un projet tout récent développé au sein de l’UMR 7194 du Muséum national d’Histoire naturelle, financé par le MNHN et Sorbonne Université, et ne présente ici que des résultats préliminaires encore inédits.

Le projet RINO est né de la découverte de traces singulières inédites observées sur des dents de rhinocéros d’un site préhistorique de la vallée du Rhône. La révision des restes dentaires de rhinocéros (le rhinocéros de forêt, Stephanorhinus kirchbergensis et le rhinocéros de prairie, Stephanorhinus hemitoechus) du site paléolithique moyen de Payre (c. 250-130 ka) a en effet permis de mettre en évidence des marques qui pourraient indiquer leur utilisation comme outils par les Néandertaliens. Ces marques correspondent à des encoches et des entailles en série présentes sur la surface occlusale, le long des arêtes de la couronne et/ou sur la dentine, ainsi que dans certains cas sur les racines des dents. La morphologie, la localisation et la récurrence de ces marques ont permis d’émettre l’hypothèse d’actions de percussion sur matière dure tranchante (Daujeard et al., 2018) (Figure 1). Dès le Paléolithique inférieur, des sites d’Europe livrent des éléments d’industrie osseuse, notamment de grands outils sur os de Proboscidiens, et des « retouchoirs ou percuteurs » sur os de divers grands mammifères (Gaudzinski et al., 2005 ; Patou-Mathis, 2002 ; Boschian & Saccà, 2015, Santucci et al., 2016 ; among others). Contrairement à d’autres mégaherbivores, tels que les mammouths ou les éléphants, le rôle des rhinocéros dans la subsistance et la technologie des homininés du passé n’a été que peu exploré. Or, bien avant les représentations pariétales de la Grotte Chauvet (Ardèche) il y a plus de 30 000 ans (Clottes et Arnold, 2001), cet animal a non seulement été exploité pour sa viande, mais également à des fins non-alimentaires. Des éléments post-crâniens de rhinocéros ayant servi de retouchoirs sont connus dans des sites du Paléolithique ancien et moyen, comme à Payre notamment (Daujeard et al., 2018 ; Moncel, 2008). En revanche, à notre connaissance, les deux seuls autres cas d’utilisation suspectée de dents de rhinocéros pour le Paléolithique proviennent des sites de La Caune de l’Arago, niveau F (c. 400 ka) dans le sud-ouest de la France (Chen et Moigne, 2018), et de Panxian Dadong (c. 300-130 ka) en Chine (Miller-Antonio et al., 2000 ; Schepartz et Miller-Antonio, 2010). Pourtant, les sites archéologiques paléolithiques ayant livré des dents isolées de rhinocéros sont nombreux (Guérin, 1980). Dans certains sites préhistoriques, le contraste entre le nombre élevé de dents isolées et le peu de restes postcrâniens retrouvés est même surprenant et ne semble pas résulter d’une préservation différentielle d’origine naturelle. On peut donc s’interroger sur cette apparente dichotomie entre le nombre élevé de dents isolées, par rapport aux restes post-crâniens, et le peu de traces anthropiques non-alimentaires sur le matériel dentaire recensées à ce jour dans la littérature. La découverte faite à Payre nous a conduit à nous interroger sur la présence de ce type de marques sur les dents provenant d’autres assemblages à rhinocéros.

Fig. 1: Page de garde du numéro spécial de Quaternaire en hommage à Claude Guérin. Sur cette page sont présentées des dents jugales supérieures de Rhinocérotidé du site paléolithique moyen de Payre (c. 250 ka) sur lesquelles ont été observées les premières marques publiées en 2018 (© C. Daujeard, Fig. 3 in Daujeard et al., 2018).

À la croisée de plusieurs champs disciplinaires de la Préhistoire (paléoécologie, archéozoologie, taphonomie, comportements techniques), le projet RINO est à la fois exploratoire et collaboratif, regroupant plusieurs chercheurs.ses de diverses institutions, avec par ordre alphabétique :

  • Camille Daujeard, Chargée de recherche au CNRS rattachée à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • Francesco d’Errico, Directeur de recherche au CNRS rattaché à l’UMR 5199 – De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (PACEA), Université de Bordeaux
  • Christophe Falguères, Directeur de recherche au CNRS rattaché à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • Alexis Lécu, Directeur du Parc Zoologique de Paris, MNHN, Paris
  • Juan Marín Hernando, post-doctorant à l’Université Nationale d’Enseignement à Distance (UNED), Madrid
  • Cyrielle Mathias, Chercheuse post-doctorante rattachée à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • Marylène Patou-Mathis, Directrice de recherche au CNRS émérite rattachée à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • David Pleurdeau, Maître de conférence du MNHN rattaché à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • Alicia Sanz-Royo, Chercheuse post-doctorante rattachée à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris
  • Antigone Uzunidis, Chercheuse post-doctorante rattachée à l’UMR 7041 – Archéologies environnementales (ArScAn), Université de Paris I
  • Delphine Vettese, Maître de conférence de l’Université de Perpignan rattachée à l’UMR 7194 – Histoire naturelle de l’Homme Préhistorique, MNHN, Paris

Le projet RINO vise à documenter et à comprendre l’origine et le but de ces modifications observées sur les dents, afin de parvenir à une meilleure compréhension des interactions entre rhinocéros et Néandertaliens. Il pose la question d’une récupération spécialisée et de l’utilisation à large échelle de ces éléments par les Néandertaliens, et donc d’un comportement technique original, encore inédit chez ces groupes humains, en lien étroit avec les écosystèmes.

Grâce aux financements obtenus pour ce projet (2 contrats post-doctoraux), nous avons entamé une révision de plusieurs séries dentaires de rhinocéros provenant de sites du Paléolithique moyen d’Europe occidentale (Figure 2). En parallèle de l’étude de ce matériel fossile issu de contextes archéologiques, nous avons étudié des séries dentaires provenant de contextes paléontologiques naturels, et de collections de rhinocéros actuels (travaux menés par Juan Marín Hernando en 2021-22). Des expérimentations de percussion et de taille à l’aide de dents de rhinocéros actuels ont également pu être menées, ainsi que des processus post-dépositionnels comme l’abrasion naturelle et la compaction reproduits en laboratoire (travaux menés par Alicia Sanz-Royo en 2023). Pour toutes ces études, l’objectif était de créer des référentiels des différents types d’altérations naturelles et anthropiques pouvant être présentes sur des restes dentaires de rhinocéros : effectuées du vivant de l’animal (alimentaires ou autres), par les groupes humains de façon intentionnelle, ou par des altérations post-dépositionnelles (taphonomiques). Enfin, une autre partie importante de ce projet consiste à comprendre les stratégies de collecte des dents de rhinocéros par les Néandertaliens grâce à une bonne connaissance des paléoenvironnements et des animaux. Pour ce faire, nous combinons les approches paléontologiques et paléoécologiques, avec les apports complémentaires de l’usure dentaire et des analyses morphométriques. Antigone Uzunidis mène des travaux concernant l’éco-éthologie des communautés de rhinocérotidés du Pléistocène. Alexis Lécu, vétérinaire et directeur du zoo de Vincennes, est le spécialiste pour toutes les questions relatives à l’éco-éthologie des espèces actuelles. Il est membre du plan d’élevage européen de rhinocéros (EEP) et a, de fait, accès aux bases de données de la population EEP (environ 260 rhinocéros blancs).

Les premiers résultats inédits obtenus à partir des séries archéologiques du projet ont permis de mettre en évidence la présence des mêmes types de marques (encoches et entailles) qu’à Payre sur des dents complètes de rhinocéros de deux sites du Paléolithique moyen : El Castillo (Espagne, MIS 4-3) et Pech de l’Azé II (Sud-Ouest de la France, MIS 7-4). Pour d’autres sites de cette période compris dans le projet, l’importance et la récurrence de fragments de dents isolées de rhinocéros a été relevée : les sites de l’Abric Romaní, Cova Antón et le niveau TD10.1 de La Gran Dolina (Atapuerca) en Espagne, et La Ferrassie, Le Moustier, Combe Grenal, Unikoté I, Rigabe, Gatzarria, La Pronquière, Soleilhac et Vaufrey en France. Pour ce qui est des sites paléontologiques naturels, pour le moment, quatre sites ont été étudiés par J. Marín Hernando : les sites de Wasserbillig et d’Oetrange au Luxembourg, Achenheim (Alsace), le site des Plumettes (Vienne) et le site de la Cova del Rhinoceront en Espagne. Ces sites sont des sites de plein-air ou des sites en contexte karstique (fissures ou avens). Seul le site de Wasserbilig a montré des marques qui pourraient s’apparenter morphologiquement à des stigmates générés dans le cadre d’une percussion, similaires à celles observées dans les sites occupés par les néandertaliens. Cependant il ne s’agit que d’une seule dent, dont les marques sont isolées, et non pas retrouvées en série comme c’est le cas dans les sites archéologiques. À cela s’est ajoutée l’étude de dents de rhinocéros actuels provenant des collections d’anatomie comparée du MNHN à Paris. Sur ces dents, aucune des marques mentionnées plus haut et présentes dans les sites archéologiques n’a été observée. Ces premières données semblent donc a priori valider les découvertes effectuées à Payre, autrement dit l’hypothèse d’une utilisation dans plusieurs sites de dents de rhinocéros comme outils par les Néandertaliens. Les marques anthropiques découvertes en contexte archéologique se distinguent en effet assez bien pour le moment de celles observées en contexte naturel.

Fig. 2 : Cartes de localisation des sites archéologiques et paléontologiques étudiés dans le cadre du projet RINO (© J. Marín Hernando). Le point bleu « Dordogne » sur la carte n°1 correspond à la carte n°2, comprenant les sites du Moustier, de La Ferrassie, de la Grotte Vaufrey, de Combe Grenal et de Pech de l’Azé II.

La principale difficulté rencontrée dans ce projet a été celle de l’acquisition de dents actuelles de rhinocéros pour effectuer des expérimentations. En effet, une part importante du projet concerne la démarche expérimentale. L’extraction de molaires et de prémolaires de rhinocéros, et leur utilisation comme percuteurs et/ou enclumes par des tailleurs experts, devaient permettre d’établir un référentiel complet des marques obtenues, et d’identifier la fonction de ces outils. Après de nombreuses recherches, trois parcs zoologiques nous ont prêté du matériel dentaire pour les expérimentations : le zoo de Peaugres, le zoo de Sigean et le zoo de Montpellier. Les extractions ont été effectuées par Benjamin Drouet à Peaugres (Figure 3) et par Antoine Joris à Sigean. Les expérimentations ont été menées au sein de l’Archéosite de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne, sous la supervision d’Alicia Sanz-Royo, de Delphine Vettese et de moi-même, et avec la collaboration de David Pleurdeau et de Cyrielle Mathias, intervenant en tant que tailleurs experts et chercheurs spécialistes en technologie lithique du Paléolithique, et d’Antigone Uzunidis et de Juan Marín Hernando, spécialistes en paléontologie et en taphonomie des dents de rhinocéros. Les premiers résultats expérimentaux en lien avec la taille et la retouche, encore inédits, mettraient en évidence des comportements en lien avec des activités de retouche sur matière dure tranchante. Pour ce qui est des expérimentations menées par Alicia Sanz-Royo au sein du laboratoire de taphonomie de Madrid (LeaT laboratory) et visant à reproduire des phénomènes d’abrasion naturelle (sédiments) et de compaction, les données obtenues ne montrent pas de traces similaires à celles observées dans les sites archéologiques.

Fig. 3 : Le crâne de rhinocéros blanc dont les dents ont été extraites à Peaugres, avec l’aide de Benjamin Drouet, vétérinaire (© C. Daujeard).

Enfin, le dernier volet, concernant la chronologie, les paléoenvironnements et l’alimentation des différentes espèces de rhinocéros exploitées, a déjà donné quelques résultats. L’étude paléontologique des restes de rhinocéros d’El Castillo (S. hemitoechus) montrerait qu’il n’y a pas de relation entre les altérations dues à l’alimentation du vivant de l’animal et les enlèvements observés, ce qui corrobore avec les données obtenues à partir des séries de rhinocéros actuels. En revanche, les données d’usure dentaire, très bien conservées, indiquent que les Néandertaliens ont exploité les rhinocéros dans des contextes très forestiers. Des estimations de poids suggèrent que les individus étaient de très grande taille. En parallèle de ces études menées par Antigone Uzunidis, un projet de datations des dents de rhinocérotidés issues de la collection de H. Obermaier est en cours pour la séquence d’El Castillo. Ce projet est mené sous la direction de Christophe Falguères et est basé sur les méthodes combinées des séries de l’Uranium et de l’ESR (Falguères et Bahain, 2015).

Ce projet a été présenté auprès de la communauté scientifique internationale à l’occasion du congrès de l’ESHE, qui s’est tenu en septembre 2022 à Tübingen en Allemagne. La prochaine étape consiste à publier ces résultats de façon détaillée dans des revues internationales spécialisées, ce qui est prévu très prochainement pour deux des manuscrits à venir.

Pour conclure, le caractère inédit des marques mises en évidence sur des dents de rhinocéros provenant de différents sites du Paléolithique moyen d’Europe occidentale montre tout l’intérêt et l’originalité de ce projet. Comme l’avaient déjà souligné Miller‐Antonio et al. (2000) pour le site de Dadong, il est peu probable qu’une utilisation des dents de rhinocéros comme matière première ait été un comportement limité dans l’espace et le temps. Mais que ce projet mette en évidence le caractère « universel » ou original de l’utilisation de ces dents, il aura quoiqu’il en soit des retombées importantes au sein de la communauté en termes de connaissance des comportements néandertaliens, et de leur relation avec leur environnement. En effet, les dents de rhinocéros peuvent à la fois être les témoins de comportements de subsistance (fracturation des mandibules et des maxillaires pour la boucherie), mais également des comportements techniques voire symboliques des humains préhistoriques. Ce matériau permet d’explorer le rapport à la nature et à l’environnement des groupes humains passés en étudiant leur interaction avec les très grands herbivores dont ils étaient contemporains. Ce projet s’appuie également sur un corpus de matériel fossile encore jamais exploré sous l’angle d’un possible support d’industrie, et constitue donc la première expertise en la matière. Il permettra également la constitution d’une collection expérimentale de référence au MNHN, inédite au plan national et international. La nature multidisciplinaire et internationale du projet, qui rassemble des archéozoologues, des taphonomistes, des experts en usure dentaire, des technologues, des paléontologues et des éco-éthologistes de diverses institutions européennes, permettra de créer de nouveaux réseaux internationaux et de renforcer ceux qui existent déjà entre les institutions et les chercheurs. Ce projet pourra enfin ouvrir des perspectives et servir de tremplin pour la mise en place de projets collectifs plus vastes, à plus larges échelles chronologique et géographique, de type ANR ou ERC, questionnant l’étendue, la fonction et la portée symbolique d’un tel comportement. Une première liste des nombreux sites paléolithiques à rhinocéros d’Europe de l’Ouest à investiguer à l’avenir a été effectuée en collaboration avec Antigone Uzunidis et Juan Marín Hernando dans le cadre de ce projet, et basée aussi en partie sur celle plus exhaustive déjà existante et accessible sur le site internet Rhino Resource Center (A database of old world Neogene and Quaternary Rhino-bearing localities, cf. Geraads et al.).

Remerciements

Nous remercions le Département “Homme & Environnement” du Muséum national d’Histoire naturelle, et Sorbonne Université pour leur soutien financier au projet RINO. Nous remercions également le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, le Muséum d’Histoire Naturelle du Luxembourg, l’Institut de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES), le Centro Nacional de Evolución Humana (CENIEH), l’Universitat de Barcelona (UB) et le Musée national de Préhistoire des Eyzies de Tayac, pour l’accès au matériel et leur accueil. Nous tenons à remercier particulièrement Stéphane Madeleine, Magali Fabre, Montserrat Sanz, Joan Daura, José‑Manuel Maíllo‑Fernández, Jean Airvaux, Cédric Beauval, Palmira Saladié et Antonio Rodríguez-Hidalgo pour leurs précieuses informations et leur connaissance des assemblages fauniques et de leurs contextes (identifications anatomiques et taxonomiques). Nous remercions les parcs zoologiques de Peaugres, Sigean et Montpellier pour le prêt des dents de rhinocéros. Un grand merci au laboratoire LeaT à Madrid pour nous avoir permis de mener à bien les expérimentations, ainsi qu’à TaphEN pour son aide financière sur ce volet. Enfin, nous remercions l’Archéosite de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne pour leur chaleureux accueil lors des expérimentations.

Bibliographie

Boschian, G., Saccà, D. (2015). In the elephant, everything is good: Carcass use and re-use at Castel di Guido (Italy). Quaternary International, 361, p. 288–296.

Chen X., Moigne A.M. (2018) ‒ Rhinoceros (Stephanorhinus hemitoechus) exploitation in Level F at the Caune de l’Arago (Tautavel, Pyrénéés-Orientales, France) during MIS 12, International Journal of Osteoarchaeology, 28, 6, p. 669‑680. 

Clottes J., Arnold M. (2001) ‒ La grotte Chauvet: l’art des origines, Paris, Seuil 

Daujeard C., Daschek E.J., Patou-Mathis M., Moncel M. (2018) ‒ Les néandertaliens de Payre (Ardèche, France) ont-ils chassé le rhinocéros ?, Quaternaire, , vol. 29/3, p. 217‑231. 

Falguères C., Bahain J.-J. (2015) ‒ La datation des ossements et dents fossiles par les méthodes de la résonance de spin électronique (ESR) et des séries de l’uranium (U-Th), in M. Balasse, J.-P. Brugal, Y. Dauphin, E. M. Geigl, C. Oberlin, et I. Reiche (dir.), Message d’os : Archéométrie du squelette animal et humain,  , Edition des Archives Contemporaines, Collection Sciences Archéologiques  p.331‑343. 

Gaudzinski S., Turner E., Anzidei A.P., Àlvarez-Fernández E., Arroyo-Cabrales J., Cinq-Mars J., Dobosi V.T., Hannus A., Johnson E., Münzel S.C., Scheer A., Villa P. (2005) ‒ The use of Proboscidean remains in every-day Palaeolithic life, Quaternary International, 126‑128, 1 SPEC.ISS., p. 179‑194. 

Guérin C. (1980) ‒ Les rhinocéros (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur en Europe occidentale. Comparaison avec les espèces actuelles., Documents des Laboratoires de Géologie de Lyon, 1185 p. 

Miller-Antonio S., Schepartz L.A., Bakken D. (2000) ‒ Raw material selection and evidence for rhinoceros tooth tools at Dadong Cave, southern China, Antiquity, 74, 284, p. 372‑379. 

Moncel M.-H. (2008) ‒ Le site de Payre. Occupations humaines dans la vallée du Rhône à la fin du Pléistocène moyen et au début du Pléistocène supérieur, Paris, Société Préhistorique Française, Mémoire XLVI p. 

Patou-Mathis M. (2002) ‒ Retouchoirs, Compresseurs, Percuteurs…Os à impressions et à Eraillures., Paris, Société Préhistorique Française. 

Santucci, E., Marano, F., Cerilli, E., Fiore, I., Lemorini, C., Palombo, M.R., Anzidei, A.P., Bulgarelli, G.M. (2016). Palaeoloxodon exploitation at the Middle Pleistocene site of La Polledrara di Cecanibbio (Rome, Italy). Quaternary International, 406, p. 169–182.Schepartz L.A., Miller-Antonio S. (2010) ‒ Taphonomy, life history, and human exploitation of rhinoceros sinensis at the middle pleistocene site of Panxian Dadong, Guizhou, China, International Journal of Osteoarchaeology, 20, 3, p. 253‑268.

L’autrice

Camille Daujeard est archéozoologue, chargée de recherche au CNRS et rattachée à l’UMR 7194 – Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique du Département Homme & Environnement du Muséum national d’Histoire Naturelle (MNHN), Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard, 75013 Paris, camille.daujeard@mnhn.fr



Citer ce billet
Camille Daujeard (2023, 6 novembre). Le projet RINO : L’utilisation des dents de Rhinocéros pour l’Industrie chez Néandertal : un comportement Original ? Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdi

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. CHRISTOPHE FALGUERES dit :

    Félicitations pour ce projet qui démontre à quel point l’aspect pluridisciplinaire est enrichissant à tout point de vue et qui rassemble les comportementalistes et les environnementalistes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search