De l’écrasé à l’éclaté, ou comment donner une deuxième vie, virtuelle, à un castor d’Europe (Castor fiber, Linnaeus 1758)

Le castor n’est certes pas l’espèce la plus représentée sur les sites holocènes de la vallée du Rhône mais il n’en reste pas moins un hôte fidèle du fleuve et de ses affluents. On le rencontre ainsi principalement sur les sites mésolithiques lyonnais dans la plaine de la Saône mais également dans un contexte antique de la même ville  (Argant, 2008 ; Argant, Colin de Verdière, 2020). Il est encore présent de nos jours malgré l’intense activité humaine qui anime le couloir rhodanien, peut-être grâce à sa protection acquise dès 1909 dans les départements du sud de la vallée et étendue à toute la France en 1968 (Blanchet, 1994 : 143). Un jour, l’un d’eux, subadulte encore inexpérimenté, a tenté de traverser une route en aval de Lyon et y a fatalement rencontré un véhicule. Fort à propos, le quidam qui passait par là a eu le bon réflexe d’épargner à l’animal le destin de crêpe de beaucoup d’accidentés de la route. Il est devenu, par la suite, un squelette de comparaison pour les paléontologues.

N’étant pas moi-même dépositaire de ce spécimen mais ayant eu l’occasion d’en disposer pour une étude de faune du Mésolithique lyonnais, je cherchais un moyen de disposer d’un référentiel de comparaison me permettant d’assurer des déterminations sans avoir à accéder à l’individu, conservé dans une collection particulière à plus de 100 km de mon lieu d’exercice. Aussi, en mai 2010, je profitais de la mise en œuvre d’un nouvel équipement photographique (fig. 1) pour réaliser, à toutes fins utiles, un set de photos des différents éléments squelettiques sous toutes les coutures (fig. 2). En deux heures de temps, 128 clichés étaient engrangés.

Fig. 1: Studio photo d’Archéodunum SAS
Fig. 2 : Planche contact de la série de photos prises en 2010.

L’intérêt du système de vitre sur fond blanc déporté, très largement inspiré du studio du CRAVO à Compiègne (vu lors d’un stage en 1994 !), permet l’absence d’ombre portée, facilitant le détourage des objets pour la publication (Cf ci-dessous). L’installation comprend en outre un pied pour limiter le risque de bouger.

Le travail suivant a consisté au nettoyage des clichés pour éliminer les parasites et améliorer, quand c’était nécessaire, le contraste ou la luminosité (fig. 3). Le castor était prêt pour la gloire. Il était en effet ajouté, dans la foulée, au site archeozoo.org où il a, dès lors, rencontré une renommée internationale, tant les référentiels en la matière demeurent rares, notamment pour les extrémités des pattes, qui s’avèrent les plus largement consultées.

Fig. 3 : Exemple de nettoyage et d’amélioration de la photo.

Le temps est passé, et régulièrement des collègues réclamant des référentiels sur le castor lancent des appels sur la géniale liste de diffusion ZOOARCH, qui réunit la non moins géniale communauté des archéozoologues du monde entier. Jusqu’à ce jour du 16 novembre 2022, où Elaine Turner lançait l’appel suivant :

Dear zooarchers,

Colleagues of mine are searching for a drawing of the skeleton of a beaver, but not the standard “profile” view of the animal with bones shown only from one side, but a figure where the skeleton is placed “flat” (ventrally or dorsally) with limbs out to the sides, but all elements visible. Any ideas.

Thanks, Elaine

Un « Roadkill beaver » ? … Mais cela n’existe pas !! Nos collègues anglais ont néanmoins pointé vers les dessins de Michel Coutureau et notamment le profil du Castor fiber. Et Dennis Lawler suggérait en retour qu’on pourrait créer un fichier de référence en utilisant des photographies squelettiques complètes d’un spécimen de musée. Et d’expliquer qu’il faut prendre des photos numériques de chaque os sous de multiples angles, y compris des vues rapprochées de surfaces articulaires pour les détails diagnostiques… Et là, ça a fait TILT. J’avais déjà ce jeu de photos ! Il ne restait plus qu’à les assembler pour constituer un parfait roadkill beaver ! Aussitôt pensé, aussitôt sur le métier.

En utilisant des outils simples comme Gimp et Inkscape, deux logiciels libres de dessin permettant respectivement de produire des images bitmap et vectorielles, me voilà lancé dans la réalisation du mannequin, après ma journée de boulot :

1. Détourer les os un par un.

Après avoir sélectionné les vues frontales ou supérieures de chaque os et avec quelques compléments photographiques pour la colonne vertébrale, qui n’avait pas été prise en vue supérieure en 2010, j’ai utilisé les outils de Gimp pour sélectionner le fond (sans soucis d’ombrage) et le remplacer par un canal Alpha (transparence) et enregistrer le cliché au format PNG (qui supporte le canal Alpha).

2. Vectoriser l’image.

Après importation dans Inkscape, j’ai utilisé les outils de vectorisation du bitmap pour extraire le contour des os, les détails des os n’étant pas nécessaires pour le genre de représentation recherché.

3. Assembler le tout.

Il ne restait plus alors qu’à assembler le tout en respectant l’anatomie de l’animal… ce qui n’allait manifestement pas de soi après trois heures de travail acharné de vectorisation (fig. 4) !! Anthropomorphisme, quand tu nous tiens… mais après une nuit de repos et quelques retouches, nos collègues canadiens pouvaient disposer d’un roadkill beaver tout à fait présentable et utilisable pour leur fins (fig. 5).

Fig. 4 : Première version provisoire du squelette dessiné.
Fig. 5 : Version définitive de l’éclaté.

Dans la foulée, l’éclaté a été mis à disposition sur Archeozoo.org le 12 janvier 2023 et devrait in fine intégrer le projet UNIR d’utilisation d’outils numériques, soutenu par le GDR Bioarcheodat, pour faciliter l’illustration de profils squelettiques et automatiser la représentation des données statistiques. Il a ainsi été nettoyé des dernières scories de construction par Céline Bemilli.

A quelque chose malheur est bon, et à condition de ne pas être pressé, un castor qui rencontre une voiture peut ensuite rencontrer la postérité !

Bibliographie

Argant, T., 2020. Lyon – 1 rue de l’Antiquaille (Rhône). Étude de la faune. Eveha, Décines-Charpieu. Rapport inédit, 40 p.

Argant, T., 2008. 14, rue des Tuileries (Lyon 09) – Etude de la faune. Archeodunum, Chaponnay. Rapport inédit, 35 p.

Argant, T., Colin de Verdière, P., 2020. Lyon – Lyon, ZAC Vaise-Industrie – Îlot 4 (Rhône). Etude de la faune. Eveha, Décines-Charpieu. Rapport inédit, 87 p.

Blanchet, M., 1994. Le castor et son royaume (le Roman de Bièvre) : le castor chez lui dans le bassin du Rhône (France) et la réintroduction d’une espèce disparue dans le bassin lémanique et en Suisse. Delachaux et Niestlé, Lausanne.

Annexe

Pour ceux qui seraient curieux de mieux connaître l’histoire du castor d’Europe (Castor fiber), voici la synthèse d’échanges réalisés sur ZOOARCH en 2016 et 2019, qui ont permis de recenser différentes publications (références intégrées dans Zotero) en réponse à une demande formulée par Annegret Larsen du Geography Department de l’University of Manchester (GB) et de l’Institute for Earth Surface Dynamics de l’Université de Lausanne (CH) :

Blanchet, M., 1994. Le castor et son royaume (le Roman de Bièvre) : le castor chez lui dans le bassin du Rhône (France) et la réintroduction d’une espèce disparue dans le bassin lémanique et en Suisse. Delachaux et Niestlé, Lausanne.

Bökönyi, S., 1974. The vertebrate fauna of the Neolithic settlements at Obre, Bosnia, Yugoslavia. Wissenschaftliche Mitteilungen des Bosnisch-Herzegowininischen Landesmuseums Sarajewo A4, 55–154.

Bonsall, C., Boroneant, V., Radovanović, I. (Eds.), 2008. The Iron Gates in Prehistory, New perspectives, BAR International Series. Oxford.

Borić, D., French, C.A.I., Stefanović, S., Dimitrijević, V., Cristiani, E., Gurova, M., Antonović, D., Allué, E., Filipović, D., 2014. Late Mesolithic lifeways and deathways at Vlasac (Serbia). Journal of Field Archaeology 39, 4–31. https://doi.org/10.1179/0093469013Z.00000000070

Clason, A.T., 1980. Padina and Starčevo: game, fish and cattle. Palaeohistoria 141–173.

Coles, B., 2006. Beavers in Britain’s past, WARP occasional paper. Oxbow Books, Oxford.

Dimitrijević, V., 1996. Faunal remains from the Epigravettian site of Medena Stijena in the canyon of Ćehotina (Montenegro), in: Srejović, D. (Ed.), Prehistoric Settlements in Caves and Rock- Shelters of Serbia and Montenegro. Belgrade, pp. 61–73.

Dimitrijević, V., 1997. Gornjopleistocenski sisari iz pećinskih naslaga Srbije. Geološki anali  Balkanskog poluostrva 61/2, 179–370.

Dimitrijević, V., 2006. Vertebrate fauna of Vinča – Belo Brdo (excavation campaigns 1998-2003). Starinar 56, 245–259. https://doi.org/10.2298/STA0656245D

Dimitrijević, V., 2008. Lepenski Vir animal bones: what was left in the houses? in: Bonsall, C., Boroneant, V., Radovanović, I. (Eds.), The Iron Gates in Prehistory, New Perspectives, BAR International Series. Oxford, pp. 117–130.

Dimitrijević, V., Mihailović, D., Kuhn, S., Dogandžić, T., 2018. Evidence for subsistence strategies of Gravettian hunter-gatherers in the Central Balkans. Subsistence strategies in the Stone age, directs and indirect evidence of fishing and gathering, in: Materials of the International Conference Dedicated to the 50th Anniversary of Vladimir Mikhailovič Lozovski – May 2018, Saint-Petersburg, pp. 47–48.

Duval, J., Callou, C., Horard-Herbin, M.-P., 2011. Le castor Castor fiber Linnaeus, 1758 en France. Étude archéozoologique. Anthropozoologica 46, 7–39.

Gonçalves, M.J., 2008. Actas do 5. Encontro de Arqueologia do Algarve: Silves, 25 a 27 de Outobro 2007, XELB. Museu Municipal de Arqueologia, Silves.

Moreno-García, M., Pimenta, C., Roselló Izquierdo, E., Morales Muñiz, A., Gonçalves, D., 2008. Um retrato faunístico dos vertebrados de Alcaria de Arge (Portimão), in: Gonçalves, M.J. (Ed.), Actas do 5. Encontro de Arqueologia do Algarve: Silves, 25 a 27 de Outobro 2007, XELB. Museu Municipal de Arqueologia, Silves, pp. 301–332.

Roksandic, M., Mihailović, D., Mercier, N., Dimitrijević, V., Morley, M.W., Rakočević, Z., Mihailović, B., Guibert, P., Babb, J., 2011. A human mandible (BH-1) from the Pleistocene deposits of Mala Balanica cave (Sićevo Gorge, Niš, Serbia). Journal of Human Evolution 61, 186–196. https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2011.03.003

Schmitzberger, M., Pucher, E., 2003. Holozäne Biberfunde (Castor fiber L) aus Österreich, in: J. Sieber (Ed.), Biber. Die erfolgreiche Rückkehr. Denisia 9. Kataloge der Oberösterreichischen Landesmuseen Neue Serie 2, pp. 13–19.

Živaljević, I., Dimitrijević, V., Stefanović, S., 2017. Faunal remains from Kula, a Mesolithic-Neolithic site at the exit of the Danube Gorges (Serbia), in: M. Margarit, A. Boroneant (Eds.), From Hunter-Gatherers to Farmers: Human Adaptations at the End of the Pleistocene and the First Part of the Holocene. Editura Cetatea de Scaun, Târgovişte, pp. 113–133.

L’auteur

Thierry Argant est archéozoologue à Eveha, spécialiste des faunes holocènes et chercheur associé du laboratoire ArAr, UMR 5138, Maison de l’Orient, Université A. & L. Lumière à Lyon.



Citer ce billet
Thierry Argant (2024, 12 janvier). De l’écrasé à l’éclaté, ou comment donner une deuxième vie, virtuelle, à un castor d’Europe (Castor fiber, Linnaeus 1758). Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search