Présentation du livre “La forêt. Histoire, usages, représentations et enjeux” CNRS Éditions, 384p. Juin 2023

Fig. 1 : Couverture du livre La forêt

Depuis plusieurs années, de plus en plus de publications s’attachent aux arbres. Depuis que Brassens (1955) a « plaqué son chêne comme un saligaud…. » l’arbre est au centre d’une relation privilégiée avec les humains. Dernièrement il est apparu que les arbres avaient une vie secrète (Wohlleben 2017), certains auteurs se glissent dans la peau d’un arbre (Lenne 2021) ou leur adressent des dictionnaires amoureux (Baraton 2021). Mais comme dit le proverbe, le problème c’est que l’arbre cache la forêt !

Pourtant la forêt fait la ‘Une’ de nombreux médias depuis quelques années. Lorsqu’elle est décimée par les tempêtes (Lothar et Martin en 1999), lorsqu’elle se consume : 62 000 ha en France en 2022 et 18 millions d’ha en 2023 au Canada (soit plus que la totalité de la forêt métropolitaine), ou encore lorsque les arbres meurent de soif.

La forêt est souvent présentée comme un réservoir d’arbres géré à des fins économiques. Il apparaît alors que peu de personnes connaissent réellement ce que sont les forêts, leurs définitions, leurs histoires, et leurs enjeux pour l’humanité. Des stéréotypes sont trop fréquemment exprimés, et pendant ce temps les forêts ne sont pas en bonne santé.

L’objectif de ce livre est de proposer un panorama global, dynamique et historique, de la forêt.

Divisé en 7 chapitres, il fait tout d’abord le point sur les définitions de la forêt, qui, en fonction de la position que chacun occupe (géographe, économiste, sociologue, écologiste, exploitant, bûcheron….), sont au nombre d’environ 1600. Aujourd’hui, celle donnée par la Fondation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO 2020) est la référence internationale, il s’agit « d’une surface contigüe de plus de 0,5 hectare, une largeur supérieure à 20 mètres, composée d’arbres d’au moins 5 mètres de haut à l’âge adulte et dont le feuillage couvre au moins 10% de la surface au sol.» Cette définition est appliquée à toutes les forêts du monde. Si elle présente l’intérêt d’être claire, elle met sur le même plan à la fois des plantations d’arbres, comme par exemple la forêt de pins dans les Landes, des forêts tropicales anciennes comme la forêt amazonienne, des forêts en bonne santé tout comme celles dépérissant. Encore une fois, elle est centrée sur l’arbre, l’écosystème forestier, souvent complexe, n’y est pas pris en compte. Car en réalité la forêt est d’abord et avant tout un écosystème. Cet écosystème est composé par le substrat géologique et le sol, son humus et sa flore microbienne, les divers végétaux qui s’y développent : mousses, champignons, herbacées…. et une faune nombreuse, allant des bactéries aux oiseaux et mammifères les plus divers en passant par les nombreux insectes volants, rampants, fouisseurs et souterrains.

Les grands biomes terrestres, avec les forêts qui s’y déploient, sont décrits depuis les forêts tropicales (Fig. 2) humides ou sèches, les savanes, les forêts méditerranéennes, tempérées, jusqu’à la toundra et la taïga. Sont aussi évoqués le bush australien, les mangroves, les forêts urbaines, les forêts jardins…

Fig. 2 : Vue aérienne de la forêt tropicale en Guyane française
© S. Thiébault

Le chapitre suivant retrace l’histoire des forêts depuis l’apparition des premiers végétaux, il y a quelques 420 millions d’années, jusqu’à la politique, notamment en France, de reforestation au lendemain de la seconde guerre mondiale et les assises de la forêt en 2022.

Les dynamiques forestières sont décrites, sous déterminisme climatique, jusqu’au Néolithique moyen, dans le sud de la France notamment, où l’action des premiers agriculteurs éleveurs détermine la constitution des forêts et leur gestion. Il apparaît qu’à partir du Néolithique la déforestation s’accentue jusqu’à la fin de l’Antiquité, où une déprise agricole permet à la forêt de reconquérir de nombreux territoires. Les forêts du Moyen Âge portent l’empreinte de l’emprise royale, elles constituent les réserves de chasse du roi et de ses seigneurs. Au XVIIe siècle, ayant subi plusieurs défaites lors de batailles navales célèbres, Colbert convainc Louis XIV de protéger la forêt. Ce chapitre synthétise les diverses lois, édits, ordonnances pris depuis Louis le Débonnaire en 818 jusqu’à la création de l’Office national des forêts (ONF) créé en 1965, en passant par les ordonnances de Philippe Auguste de 1219, de Philippe le Bel en 1291, l’ordonnance de Brunoy de Philippe VI de Valois en 1346, première réglementation forestière durable, l’ordonnance de Colbert de 1669 « la France périra faute de bois », le code forestier de 1827….

Le troisième chapitre fait la part belle aux enjeux de la forêt. Pourquoi les forêts sont-elles indispensables à la survie de l’humanité ? En réalité, la forêt est un acteur clé du changement climatique, elle joue l’un des rôles majeurs dans le processus d’atténuation de ce changement. À l’échelle du globe, la séquestration du CO2 par les forêts atteindrait par an 8 milliards de tonnes (chiffre largement débattu), la forêt française métropolitaine en absorberait 50 millions de tonnes. Les forêts constituent le principal puits de carbone en milieu continental. Les forêts, et plus particulièrement celles en bonne santé, offrant une riche biodiversité, rendent des services et apportent des biens marchands ou non marchands. Le bois est le principal produit marchand, il rapporte plus de 5 milliards d’euros par an. Les autres produits, non ligneux, qu’ils soient alimentaires (gibiers, champignons (Fig. 3), plantes sauvages comestibles, miel, fruits, plantes aromatiques, …), ornementaux (fleurs, mousse, liège, semences et plants forestiers, …) et surtout pharmaceutiques ou cosmétiques (drogues, anesthésiques, purgatifs, lotions, tanins, huiles essentielles …) – plus de 77 espèces exploitées peuvent être commercialisées. Ces autres produits rapporteraient plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Ces biens d’usage ne peuvent pas être évalués avec précision, mais ils représentent un fort enjeu culturel et procurent un complément financier à plusieurs millions de personnes.

Fig. 3 : Truffes noires Tuber melanosporum, venant du sud-ouest © S. Thiébault

En France, l’aliénation des forêts domaniales qui débuta dès le XIVe siècle, fut l’un des moyens de privatisation du domaine royal et contribua à l’accroissement de la forêt privée qui constitue aujourd’hui 75 % de la forêt métropolitaine ! Ce sont 12 millions d’ha qui appartiennent à 3,5 millions de propriétaires. Parmi eux, 2,2 millions ne possèdent pas plus de 1 ha. À ces difficultés, il faut ajouter le coût élevé de l’exploitation des forêts, les problèmes d’accès d’une partie des massifs, ceux par exemple situés dans des zones de montagne ; le manque de débouchés pour les bois d’œuvre feuillus et la faible demande de bois massif dans la construction. Ainsi, la progression de la surface forestière est inversement proportionnelle à la capacité de valorisation de son potentiel économique. En mai 2020 le rapport de la Cour des comptes sur la filière bois soulignait : « La forêt demeure partiellement exploitée ; seule la moitié de son accroissement annuel est récoltée. La filière est, depuis au moins deux décennies, en crise structurelle par un sous-investissement chronique et une compétitivité insuffisante. Cette crise révèle un manque d’intégration entre l’amont et l’aval, entre l’offre et la demande de bois. »

Le chapitre 4 est consacré aux représentations de la forêt et à la façon particulière dont chacun d’entre nous, en fonction de son éducation, de son métier, de sa culture, se représente la forêt. La vision que s’en fait le chasseur est différente de celles du bûcheron, du forestier, du botaniste, du promeneur, du ramasseur de champignons, des conteurs ou des peintres… De la même façon, la diversité des cultures égale la diversité des représentations.

Sont visités, pour l’Europe, à la fois la mythologie des forêts, avec les bois et forêts sacrées refuges des esprits et divinités de l’Antiquité ; les dryades, nymphes et divinités forestières, et les habitants imaginaires des forêts jusqu’au XIXe siècle. Le romantisme du XIXe, en effet, a créé de nouveaux mythes forestiers, comme la légende arthurienne liée à la forêt de Brocéliande, toujours visitée à la recherche de Mélusine et de Merlin l’enchanteur, et qui n’est autre que la forêt de Paimpont, longtemps exploitée pour ses forges notamment. C’est toujours au XIXe que se diffusent les contes. Dans les contes pour enfants, il y presque toujours un château dans une forêt ou une forêt. Tous les contes de Grimm, par exemple, ont la forêt pour décor. La forêt est aussi le refuge des trolls, des lutins, des loups garous, et leurs légendes ont forgé un imaginaire à la fois collectif et identitaire. La forêt relie les sociétés humaines à un passé idéalisé. Lieu des légendes, et cela dans la plupart des régions du globe, la forêt est à la fois lieu de féerie et une sorte de panthéon païen, dans lequel se côtoient, comme dans le jardin d’Éden, le bien et le mal.

Il n’y a pas que des esprits et des légendes dans la forêt, elles ont été peuplées, animées par de nombreux artisans. Lieux de vie, elles ont abrité et rassemblé diverses sociétés humaines qui en prélevèrent leurs innombrables ressources. Parmi les habitants, usagers des forêts, les charbonniers (Fig. 4) occupent une place centrale. Jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le charbonnage est l’une des principales activités humaines en forêt. Cette activité, qui eut des impacts sur les dynamiques végétales forestières, a laissé de nombreux témoignages. Les charbonnières, réparties dans la plupart des forêts européennes, constituent les traces encore visibles de ces activités, autorisant ainsi une véritable archéologie des charbonnières. Depuis que les humains savent produire du feu, il y a environ 500 000 ans et plus encore, le charbon de bois a joué un rôle important dans leur histoire, pour la cuisson des aliments, la lumière ou utilisé pour peindre les parois des grottes. Il fournit, en effet, une source d’énergie aussi bien à usage domestique (toujours utilisée entre autres pour les barbecues) qu’industriel à partir de l’Époque moderne. Le bois des forêts a aussi été utilisé comme combustible pour les fours à chaux, les verreries, les forges, la construction navale, les salines dans l’est de la France, la construction (charpentes …), la fabrication des sabots…

Fig. 4 : Femmes Pomacks (Grèce du nord) en train de charbonner
© L. Manolakakis

L’avant dernier chapitre énumère les menaces qui pèsent aujourd’hui de plus en plus sur les écosystèmes forestiers. Au premier rang figure la déforestation, principalement pour l’obtention de nouvelles terres agricoles, et ses multiples conséquences sur les écosystèmes et la réduction de la biodiversité. Tout aussi catastrophiques figurent les incendies, la sécheresse, qui sévit dans l’hexagone depuis 2018, les tempêtes, mais aussi les bioagresseurs et insectes ravageurs. Le nombre de bioagresseurs progresse depuis près d’un siècle, notamment au cours des dernières années, passant d’une moyenne de 7 espèces par an à 20. La moitié des maladies qui atteignent récemment la forêt française provient de bioagresseurs exotiques, introduits accidentellement lors de l’importation de plants forestiers ou ornementaux, parfois de bois, de graines ou d’écorces. C’est le cas des champignons comme les oïdiums du chêne, la graphiose de l’orme, le chancre du châtaignier, la chalarose du frêne, ou d’insectes, comme la pyrale du buis ou le cynips du châtaignier, tous introduits en Europe au cours du XXe siècle, voire encore plus récemment.

Le dernier chapitre en appelle aux solutions. Il revisite les travaux de restauration et d’ingénierie écologique, et donne l’exemple des barrières vertes, dont les résultats, que ce soit en Chine ou en Afrique sont encore à discuter. Les grandes réunions mondiales sur les forêts sont aussi présentées, mais si leur importance est largement reconnue, peu d’États acceptent les contraintes pour remédier au dépérissement des forêts et à leur conservation, l’angle économique étant toujours privilégié.

Les forêts doivent être protégées pour leur existence propre et non pas pour leur valeur économique ou pour les services qu’elles rendent !

Bibliographie

Assises de la forêt et du bois 2022. URL https://www.ecologie.gouv.fr/assises-foret-et-du-bois

Baraton, A., 2021. Dictionnaire amoureux des arbres, Plon, 448 p.

Brassens, G., 1955. Auprès de mon arbre. Warner Chappell Music France.

Cours des Comptes, 2020. URL https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-structuration-de-la-filiere-foret-bois

FAO, 2020. La situation des forêts du monde, forêts, biodiversité et activité humaine, Rome , 223p.

Lenne, C., 2021. Dans la peau d’un arbre, Belin, 492 p.

Wohlleben, P., 2017. La vie secrète des arbres, Les Arènes, 300 p.

L’auteur

Stéphanie Thiébault est directrice de recherche au CNRS, au sein de l’UMR 8215 Trajectoires (CNRS Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) à Paris.



Citer ce billet
Stéphanie Thiébault (2024, 26 janvier). Présentation du livre “La forêt. Histoire, usages, représentations et enjeux” CNRS Éditions, 384p. Juin 2023. Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search