La grue cendrée dans l’Antiquité en Auvergne-Rhône-Alpes

À l’occasion de l’analyse de lots de faune, il est des espèces qui retiennent parfois davantage notre attention. On traque ainsi avec délices les espèces exotiques ou nouvellement introduites dans l’environnement ou l’élevage mais c’est aussi le cas pour des animaux sauvages endémiques à l’Europe, qui se retrouvent ponctuellement dans les assemblages. Le présent billet traite de l’un d’entre eux, la grue cendrée (Grus grus, Linnaeus 1758). Ce grand échassier majestueux traverse le territoire national deux fois dans l’année, à l’occasion de ses migrations, et ce, manifestement, depuis des temps extrêmement lointains (Laroulandie, 2023).

Au cours de nos études archéozoologiques sur la vallée du Rhône et l’Auvergne, nous avons été amenés à identifier la présence de l’espèce à plusieurs occasions, singulièrement pour la période antique. Or, de nos jours, cette espèce ne fréquente cette vaste région que sur sa marge occidentale et encore, uniquement au moment des périodes migratoires. Aussi, sa présence archéologique nous questionne régulièrement.

Écologie actuelle de la grue cendrée

Après avoir été considérée, dans les années 1970, comme une espèce en train de décroître, du fait d’une chasse importante et de la dégradation de ses espaces de nidification (Yeatman, 1971, p. 167-168), la grue cendrée, comme la cigogne blanche, connaît un accroissement de sa population nichant ou traversant la France, depuis la fin des années 1990 (Dubois, 2022, p. 101-102). De fait, depuis quelques décennies, la France est même (re-)devenue un lieu d’hivernage de l’espèce, à défaut d’être un véritable espace de nidification. Ce sont ainsi plus de 268 000 individus qui ont été comptés au lac du Der, en Haute-Marne, en novembre 2019 (Dubois, 2022, p. 102). Si cette situation est sans aucun doute en lien avec la politique de protection dont la grue fait l’objet, mais aussi avec le changement climatique, rien ne prouve que son écologie était la même durant l’Antiquité et que l’espèce s’établissait plusieurs mois durant dans le nord du pays. En effet, si son aire de nidification se situe actuellement autour de la mer Baltique et en Russie, sa nidification est attestée dans la plupart des pays d’Europe centrale, jusqu’au nord de l’Italie, et en Espagne jusqu’à la fin du XIXe siècle au moins, ainsi qu’en Angleterre au XVIIe siècle (Déom, 1986, p. 46-47).

La grue est en effet surtout connue en France pour ses deux migrations annuelles, pré et post-nuptiale, qui ont lieu, pour la première, entre début février et fin mars (avec un pic de passage entre le 10 février et le 10 mars, en moyenne) et, pour la seconde, entre début octobre et mi-novembre (avec un pic entre le 10 octobre et le 20 novembre, en moyenne). Ces observations s’avèrent assez stables dans le temps, d’après les données fournies ces trente dernières années par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) (https://champagne-ardenne.lpo.fr/grue-cendree/migration-et-hivernage/syntheses-de-la-migration). Il en va de même des couloirs de migrations dont le tracé semble relativement immuable avec un itinéraire privilégié formant une diagonale s’étendant des Pyrénées-Atlantiques à la Lorraine (Fig. 1). Sur ce tracé, ce sont des vols de plusieurs milliers d’individus qui sont observés presque quotidiennement en période migratoire, en provenance de l’Espagne ou de l’Europe du Nord, selon les saisons. Un itinéraire secondaire, emprunté par un nombre bien inférieur d’oiseaux, existe entre la Lorraine et la Méditerranée, en passant par la vallée du Rhône, notamment. Au cours de ces déplacements, les oiseaux volent en groupes assez importants et particulièrement bruyants et se posent, pour la nuit, préférentiellement dans des zones humides ou des espaces cultivés où ils peuvent trouver aussi bien des céréales que des insectes ou de petits vertébrés.

Fig. 1 : Couloir de migration observé entre 1996 et 2022 (synthèse des cartes du Réseau Grues France, 1997, 2002, 2004 et 2022. La couleur des départements est liée au nombre cumulé d’individus observés en montée et en descente sur ces quatre millésimes) et sites d’hivernage en janvier 2022 (CC Argant, 2024).

Ces données écologiques et éthologiques, bien que contemporaines, nous fournissent une image de la répartition de la grue sur le territoire que nous transposons par défaut à la période antique, selon le principe de l’actualisme. Sur ce principe, nous pouvons donc émettre l’hypothèse que la grue cendrée n’était observée en Gaule que durant 2 à 3 mois par an durant l’Antiquité et principalement sur une bande de territoire allant du Sud-Ouest au Nord-Est de la Gaule en passant par le Massif Central. La vallée du Rhône ne devait, quant à elle, être survolée que ponctuellement par des groupes égarés ou de non conformistes, préférant franchir les Pyrénées par l’est plutôt que par l’ouest (Déom 1986, p. 27). À la fin du XIXe siècle, Olphe-Gaillard consigne la grue dans son inventaire des oiseaux de la région de Lyon, en précisant qu’elle est de passage (Olphe-Gaillard, 1891, p. 43).

Grues antiques et archéologiques

Archéozoologiquement parlant, les oiseaux sont en général assez faiblement représentés par rapport aux mammifères sur les sites protohistoriques et antiques. Parmi eux, les taxons sauvages ne réunissent, eux-mêmes, quand ils sont attestés, qu’un faible effectif par rapport aux espèces domestiques (Goffette et al., 2019). Ainsi, la grue n’est pas attendue comme un animal fréquent parmi les restes osseux, ce que confirme la carte de répartition de l’espèce sur les sites antiques de Gaule, établie à partir des données disponibles sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN, https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3076/tab/archeo), des données prises dans la littérature et dans les études réalisées par les archéozoologues d’Éveha (Fig. 2). Cette carte met en lumière la rareté de l’espèce dans les contextes archéologiques antiques mais aussi sa grande dispersion sur le territoire. Elle semble néanmoins un peu plus fréquente sur les sites de la moitié nord de la France, en partie du fait des très nombreuses opérations archéologiques qui y ont été réalisées, de conditions de conservation favorables, mais aussi, probablement, du fait de la proximité des lieux d’hivernage et des couloirs de migration. En marge de cette répartition, cinq sites de la région Auvergne-Rhône-Alpes livrent des restes de grues :

  • Lyon – rue de l’Antiquaille,
  • Lyon – place de Fourvière (maison carrée),
  • Sérézin-du-Rhône – 24, rue de Ternay
  • Roanne – Centre Universitaire Pierre Mendès-France,
  • Clermont-Ferrand – Hôtel-Dieu
Fig. 2 : Cartographie des découvertes d’ossements de grue (Grus grus) sur les sites antiques de France, sur fond de couloir contemporain de migration (nuances de vert), d’après INPN et données inédites (CC Argant, 2024).

La relative contemporanéité de ces divers ossements, datés dans l’ensemble du Ier siècle ap. J.-C., a attiré notre attention, en même temps que leur localisation géographique.

Les os identifiés sont généralement isolés et appartiennent à l’ensemble du squelette, à l’exception d’une extrémité de patte gauche, découverte en connexion anatomique dans un dépotoir du site du Centre Pierre Mendès-France, à Roanne (Fig. 3). Un tibiotarse identifié sur le site de l’Antiquaille, à Lyon, présente, quant à lui, des traces de découpe correspondant, vraisemblablement, à des stries de désarticulation.

Fig. 3 : Extrémité de patte de grue trouvée en connexion dans un dépotoir du Ier siècle ap. J.-C. sur le site du centre universitaire P. Mendès-France à Roanne ; vues en place, sur le terrain, et après nettoyage et recollage (CC Argant, 2012)

Si les éléments mis au jour à Clermont-Ferrand, voire Roanne, restent dans le périmètre large des couloirs de migration actuels connus, les trois occurrences de la vallée du Rhône s’en écartent sensiblement. Si l’on ne peut écarter l’hypothèse d’un couloir migratoire “fossile” par l’axe Saône-Rhône, voire de sa possible nidification sur le plateau des Dombes, la présence de la grue dans ce secteur, au-delà des limites de son aire d’abondance actuelle, pourrait également se justifier par un réel intérêt pour cet oiseau.

La grue dans la culture antique

Fig. 4 : Fragment d’enduit peint évoquant le combat de deux Pygmées face à une grue, découvert sur le site du “temple de Cybèle” (d’après cliché MCGR).

L’image la plus connue de l’espèce, durant l’Antiquité, est sans aucun doute celle de la grue partant en guerre contre les Pygmées, que l’on retrouve déjà dans l’Iliade (III, 1-9 ; Homère [1937]) et que presque tous les auteurs grecs et latins vont reprendre à leur compte dans les siècles suivants, jusqu’à en laisser des traces dans l’imaginaire médiéval (Charrière, 1966 ; Mathieu, 1990 ; Pastoureau, 2011, p. 161-162). Nous retrouvons même une figuration de ce récit du combat entre grues et Pygmées sur une peinture murale du Ier siècle retrouvée à Lyon, précisément (Fig. 4) (Desbat 2005, p.154). Ce mythe est une bonne illustration de la perception qu’avaient les sociétés anciennes de la migration comme un voyage vers des régions parfois très éloignées. Par ailleurs, ce déplacement des grues, qui survient de manière cyclique à des périodes données, est considéré comme un marqueur utile du temps qui passe, comme l’atteste une mention d’Hésiode, qui invite à commencer les semis au moment du départ des grues vers le sud (Les Travaux et les Jours, 448-452 ; Hésiode [1928]). Dans le contexte de la Gaule romaine, la grue semble disposer d’une dimension symbolique forte, vraisemblablement liée à un mythe dont nous ne possédons que quelques représentations sculptées. Ces dernières figurent trois grues associées à un taureau protégeant un arbre (Fig. 5), parfois menacé par le dieu Esus portant une hache (Ross, 1961 ; Green, 1998). Si l’interprétation de ces images demeure complexe, elle met en lumière le statut particulier de l’oiseau dans l’imaginaire gaulois.

Fig. 5 : Le Taruos Trigaranus, c’est-à-dire le Taureau gaulois aux trois grues sur le pilier des nautes de Paris (Ier s. ap. J.-C.) évoque un des rares mythes celte qui soient parvenus jusqu’à nous (fichier Le_Pilier_des_Nautes_03.JPG modifié).

Au-delà de cette charge symbolique, l’intérêt porté à la grue par les populations antiques est également prégnant dans d’autres domaines. Ainsi, de rares textes laissent à penser que cette espèce pouvait être élevée dans des parcs, en Grèce classique (Jennison, 2005, p. 15 et 18), mais également dans le monde romain (Jennison, 2005, p. 112). Cette pratique, visiblement assez rare et surtout liée à une élite, avait sans doute pour but principal la consommation des oiseaux, en même temps qu’une dimension ornementale. Leur consommation est ainsi évoquée par Varron, au Ier siècle av. J.-C., d’après un texte d’Aulu-Gelle (Nuits attiques VI, 16, 5 ; Aulu-Gelle [1978]). Au milieu du Ier siècle ap. J.-C., à une période plus ou moins contemporaine des découvertes archéologiques qui nous intéressent ici, Pline l’Ancien note que la chair de la grue représente un met de qualité (Histoire Naturelle X, 30 ; Pline l’Ancien [1961]). Enfin, nous ne pouvons pas exclure la récupération des plumes de ces grands oiseaux, pour des usages divers, mais aussi l’emploi de tout ou partie de l’animal dans un cadre magique ou thérapeutique. De fait, plusieurs remèdes mentionnés par Pline font usage de graisse, de peau ou de tendons de grues (Histoire Naturelle XXX, 53 ; Pline l’Ancien [1963]). On pourrait également envisager l’exploitation des os longs de ce grand échassier pour la confection d’objets (étuis, instruments de musique, calame…). Les niveaux du Ier quart du Ve siècle ap. J.-C. du site de la bibliothèque de Mâcon livre ainsi deux ulnas de grue coupés pour confectionner des cylindres parfaits ainsi que deux fragments de tarso-métatarses (Fig. 6 ; Argant et al., 2005 , p. 69).

Fig. 6 : Ulna de Grus grus provenant des niveaux du premier quart du Ve siècle du site de Mâcon – Bibliothèque (71), présentant des traces de sciage par tournage (?). Vue latérale et détail de la découpe (CC Argant, 1997).

Quelques pistes de réflexion pour ne pas conclure

La présence archéologique de la grue sur les sites antiques est à l’image de sa présence dans les sources littéraires et épigraphiques : sans être totalement absente, elle se fait discrète mais récurrente, sous des formes diverses. Cela ne facilite guère l’interprétation de ces mentions, mais excite suffisamment la curiosité pour que l’on s’y arrête un instant. Dans notre contexte rhodanien et auvergnat, où elle devrait être plus rare que dans d’autres régions liées aux couloirs de migration, l’espèce paraît se concentrer sur une période de temps restreinte, le Ier siècle ap. J.-C., et dans des contextes d’habitats plutôt privilégiés (riche villa, grandes domus, déchets de banquet, ). Elle pourrait donc, avant tout, marquer un statut social, dans le cadre d’une période d’opulence de ces régions et de ses élites, nous invitant ainsi à une réflexion sur le luxe, autant que sur la relation entre humains et oiseaux migrateurs, voire sur les anciens parcours migratoires de ces derniers.

Bibliographie

Argant, J., Barthèlemy, D., Argant, T., 2005. Fouille sur le plateau de la Baille, occupation de l’Antiquité tardive, « une ferme sur le castrum », données de l’archéozoologie et de la palynologie, in: GAM 1954 – 2004, Résultats des dernières recherches archéologiques en Mâconnais. Mâcon, pp. 54–71.

Aulu-Gelle, 1978. Les nuits attiques. Tome II. Livres V-X, in Marache R. (tran.). Paris, Les Belles Lettres.

Charrière, G., 1966. Le Taureau aux trois grues et le bestiaire du héros celtique. Revue de l’histoire des religions 169, pp. 155–192. https://doi.org/10.3406/rhr.1966.8337

Déom, P., 1986. La migration des Grues, 2e partie : les carnets de vol de l’élève pilote Cocksigrü, La Hulotte 57. Buzancy, SPN “l’Épine Noire”. 48 p.

Desbat, A., 2005. Lugdunum naissance d’une capitale. Gollion, InFolio. 182 p.

Dubois, P. J., 2022. Une histoire contemporaine des oiseaux de France. Paris, Delachaux et Niestlé.

Goffette, Q., Ervynck, A., Van Neer, W. 2019. Have birds ever mattered? An evaluation of the contribution of avian species to the archaeozoological record of Belgium (Iron Age to recent times). Archaeological and Anthropological Sciences 11 (12), pp. 6353–6369. https://doi.org/10.1007/s12520-017-0571-9

Green, M., 1998. Animals in Celtic life and myth. xix+283 p.

Hésiode, 1928. Théogonie ; Les Travaux et les Jours, Le Bouclier, in Mazon P. (tran.). Paris, Les Belles Lettres.

Homère, 1937. Iliade. Tome I. Chant I-VI, in Mazon P. (tran.). Paris, Les Belles Lettres.

Jennison, G., 2005. Animals for show and pleasure in ancient Rome. Philadelphia, University of Pennsylvania Press. 209 p.

Mathieu, R., 1990. Le Combat des grues et des Pygmées. Homme 30 (116), pp. 55–73. https://doi.org/10.3406/hom.1990.369308

Olphe-Galliard, L., 1891. Catalogue des oiseaux des environs de Lyon. Imp. Pitrat aîné, Lyon. 54 p. http://archive.org/details/cataloguedesoise00olph

Pastoureau, M., 2011. Bestiaires du Moyen-Âge. Paris, Seuil.

Pline l’Ancien, 1963. Histoire Naturelle. Livre XXX, in Ernout A. (tran.). Paris, Les Belles Lettres.

Pline l’Ancien 1961. — Histoire Naturelle. Livre X, in Saint-Denis E. de (tran.). Paris, Les Belles Lettres.

Ross, A., 1961. Esus et les trois «grues». Études celtiques 9 (2), pp. 405–438. https://doi.org/10.3406/ecelt.1961.1475

Yeatman, L.J., 1971. Histoire des oiseaux d’Europe. Paris, Bordas. (Bordas Découverte).

Les auteurs

Thierry Argant est archéozoologue à Eveha, spécialiste des faunes holocènes et chercheur associé du laboratoire ArAr, UMR 5138, Maison de l’Orient, Université Lumière, à Lyon.

Michaël Seigle est archéozoologue à Eveha, spécialiste des faunes holocènes et chercheur associé du laboratoire Archéorient, UMR 5133, Maison de l’Orient, Université Lumière, à Lyon.



Citer ce billet
Thierry Argant et Michaël Seigle (2024, 9 février). La grue cendrée dans l’Antiquité en Auvergne-Rhône-Alpes. Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwdo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search