Interactions humains-environnement au Dernier Maximum Glaciaire à l’Est des Carpates : recherches en cours en République de Moldavie

Le Pléistocène supérieur, qui débute il y a environ 126 000 ans, est marqué par la dernière glaciation, entre environ 110 000 et 10 000 ans. Le refroidissement global a engendré une importante régression marine, l’extension de l’inlandsis, des glaciers, du pergélisol et d’une zone périglaciaire, ainsi que la modification de la flore et de la faune (Novenko, 2006 ; Velichko et al., 1984). Notre principal objectif de recherche est d’identifier l’influence de ces fluctuations paléoécologiques sur les modes de subsistance et les stratégies d’adaptation des groupes humains nomades au cours du Dernier Maximum Glaciaire, il y a environ 20 000 ans, dans la grande plaine d’Europe orientale, en particulier à l’Est des Carpates. Les populations présentes dans cette zone extracarpatique portent différentes traditions culturelles : le Gravettien suivi de l’Épigravettien (Chernysh, 1959 ; Borziac, 1994 ; Păunescu, 1998 ; Haesaerts et al., 2003). Un des questionnements concerne l’origine des variations techniques entre ces deux technocomplexes : s’agit-il d’une évolution endogène des pratiques parmi les groupes humains de cette région ou d’apports exogènes sous l’influence d’autres populations ? Par ailleurs, des similitudes ont été observées en termes d’outillage lithique, de pratiques cynégétiques, orientées sur les troupeaux de rennes, et de modalités d’exploitation du territoire par des petits groupes humains très mobiles. Elles ont conduit à regrouper ces traditions culturelles sous une même entité régionale, le Molodovien (Boriskovskyi, 1953 ; Grigoriev, 1970 ; Otte et al., 1996 ; Noiret, 2009 ; Nuzhnyi, 2015). En outre, dans plusieurs gisements, les assemblages présentent des techniques résurgentes de production d’outils lithiques caractéristiques de l’Aurignacien (Covalenco, 2003-2004). Nos travaux visent à mieux comprendre le cadre chrono-culturel (Gravettien/Épigravettien, Molodovien, Epiaurignacien), en termes d’extension géographique et temporelle, et à mettre en évidence les similitudes et différences des pratiques de subsistance au Dernier Maximum Glaciaire dans la zone extracarpatique.

En lien avec différents projets de recherche menés en Ukraine, Russie et Roumanie (Péan et al., 2013 ; Péan et al., 2015 ; Demay et al., 2021a ; Anghelinu et al., 2021), nous présentons ici les travaux effectués dans la zone extracarpatique dans les vallées du Siret, du Prout et du Dniestr en République de Moldavie (Fig. 1).

Fig. 1 : Corpus des sites archéologiques paléolithiques étudiés en République de Moldavie : Valea Morilor (1), Climăuţi II (2), Raşcov 7 et 8 (3), Cosăuţi 1 (4), Podgori I (5), Ciuntu I (6), Duruitoarea Veche (7) et Costeşti (8).

Les sites datant du Dernier Maximum Glaciaire sont non seulement relativement rares mais souvent assez mal contextualisés. Il est donc nécessaire d’établir un cadre chronologique suffisamment solide, de mieux déterminer les processus taphonomiques ayant affecté les sites, ainsi que le contexte paléoécologique, en lien avec les déplacements des groupes de grands herbivores.

Les travaux consistent principalement à effectuer l’étude archéozoologique (Fig. 2) des restes osseux de grands mammifères. Par ailleurs, l’étude paléontologique des cortèges fauniques de micromammifères et de grands mammifères herbivores contribuent à restituer le cadre paléoenvironnemental régional. Les signatures isotopiques (teneurs en carbone δ13C et oxygène δ18O) d’échantillons osseux et dentaires permettent de reconstituer une partie du climat passé et d’apporter des informations biologiques et éthologiques sur les différentes espèces. Les résultats obtenus sur les comportements de subsistance sont discutés en regard des pratiques techniques mises en évidence par l’étude typoloqique et technologique des assemblages d’artefacts lithiques et osseux. En parallèle, le cadre géochronologique des assemblages étudiés est assuré par la réalisation de datations au radiocarbone de collagène osseux et de charbons de bois.

Fig. 2 : Étude archéozoologique (Institut de Zoologie de Chişinău). (© L. Demay)

Nos travaux ont permis d’obtenir des premiers résultats sur les sites de Raşcov 8, Raşcov 7, Valea Morilor et Climăuţi II.

Le site de Raşcov 8 (Grigorieva, 1974) a livré plusieurs couches archéologiques témoignant d’occupations répétées de courte durée et saisonnières, liées à des activités de chasse et de boucherie d’un ou plusieurs petits groupes humains. Nous avons observé des changements de taxons exploités : une carcasse de mammouth dans la couche la plus ancienne, tandis que les rennes, suivis des chevaux, prédominent dans les autres couches (Fig. 3). Alors que les industries lithiques sont différentes entre les couches épiaurignaciennes (4 et 3-3a) et épigravettiennes (2 et 1), les comportements de subsistance sont similaires : la différence entre les industries lithiques n’apparaît donc pas liée à une différence de gibier (Demay et al., 2021b).

Fig. 3 : Rangées dentaires P2-M3 supérieure et inférieure droites de cheval, en vue linguale, provenant du site archéologique de Raşcov 8. (© L. Demay)

Raşcov 7 est un site archéologique qui a fourni d’importantes informations sur le début de l’Épigravettien. L’industrie lithique du site présente des éléments épiaurignaciens, ainsi que quelques pièces épigravettiennes, mélangées. Le spectre faunique identifié sur le site est très diversifié, indiquant la proximité de différents milieux tels que la steppe, la forêt riveraine et le plateau, sous un climat à dominante froide. Il s’agit d’un palimpseste de plusieurs occupations de courte durée survenues pendant la saison froide. L’exploitation intensive des rennes et des chevaux sur ce site est un comportement typique dans la région à cette période. Cependant, l’intensité est supérieure à celle des autres sites. Outre les rennes et les chevaux, des mammouths, et peut-être des rhinocéros, étaient également exploités sur le site. Ces résultats suggèrent la présence d’activités spécifiques et/ou d’un ou plusieurs autres groupes ethniques au sein de ce site. Les occupants du site de Raşcov 7 utilisaient une stratégie de chasse sélective et y transportaient leur gibier, en fonction de la taille corporelle de l’espèce. Pour les proies de taille relativement petite, comme le renne, la stratégie de chasse impliquait une forte sélection en faveur des plus gros individus, en particulier les mâles, qui devaient être considérés comme les plus recherchés en raison de l’équilibre optimal obtenu, entre la dépense énergétique produite lors de la chasse et la quantité de nourriture acquise. Les carcasses des animaux abattus étaient transportées entières sur le site pour y être dépecées. En revanche, la stratégie de chasse aux grandes et très grandes proies, comme le bison, le cheval et les pachydermes, était sensiblement différente. Dans ce cas, les chasseurs se sont concentrés sur les individus plus petits ou vulnérables, plus faciles à chasser, comme les juvéniles, les adultes âgés et les femelles. Cette tactique limitait sans doute la prise de risques et une dépense énergétique excessive pendant la chasse. Seuls certains quartiers des grandes proies ont été transportés vers le site. Il est possible que les parties faciles à décharner, comme les membres, aient été traitées sur le lieu d’abattage, tandis que celles qui nécessitaient plus de temps pour être décharnées et traitées, comme le squelette axial, aient été transportées jusqu’au site.

Fig. 4 : Pointe en ivoire provenant du site archéologique de Raşcov 7. (© L. Demay)

Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que les occupants de Raşcov 7 utilisaient une stratégie de chasse plus spécialisée que ceux de Raşcov 8, qui pratiquaient une tactique plus opportuniste. Par ailleurs, l’industrie osseuse y est plus présente qu’à Raşcov 8 (Fig. 4) (Demay et al., soumis).

Comme cité précédemment, les rennes sont donc majoritairement à la base des pratiques de subsistance au Dernier maximum glaciaire dans la région extracarpatique (Fig. 5).

Fig. 5 : Rangée dentaire P2-M2 inférieure gauche de renne, en vue vestibulaire, provenant du site archéologique de Podgori I. (© L. Demay)

Les sites de Valea Morilor (Obadă et al., 2012) et de Climăuţi II (Borziac, David et Obadă, 1992) (République de Moldavie) ont quant à eux livré majoritairement des restes de mammouth laineux (Demay et al., 2019a). Bien que nous ne puissions ni confirmer, ni infirmer l’utilisation du mammouth en tant que ressource alimentaire pour le site de Valea Morilor (Fig. 6), nous avons mis en évidence l’emploi des ossements comme combustible, au cours d’une ou de plusieurs haltes. Ceci témoigne du fait que la disponibilité des os de mammouth représentait un vecteur important de l’exploitation du territoire, en termes de réserves de combustible (Demay et al., 2019b).

Fig. 6 : Fouilles du site archéologique de Valea Morilor (République de Moldavie) menées par Theodor Obada (sur la photo) et ossements de mammouth découverts : 4 vertèbres thoraciques en connexion anatomique, en vue latérale gauche, et corps gauche de mandibule avec jugale, en vue occlusale. (© L. Demay)

Le site de Climăuţi II, d’après le nombre de restes archéologiques et la variété des activités qui ont été mises en évidence au sein de la couche supérieure, correspond à un camp de base, probablement occupé à plusieurs reprises, en général pour une période relativement courte, en dehors de la saison chaude. Le mammouth occupe une place prépondérante au sein de l’assemblage faunique. Les techniques de travail de l’ivoire mises en œuvre ici sont uniques dans cette région, de même que la sélection et la disposition intentionnelle des ossements (Fig. 7 et 8) (Demay et al., 2021c).

Fig. 7 : Expédition archéologique pour la réalisation d’un sondage sur le site
Climăuţi II, près du Dniestr. (© L. Demay)
Fig. 8 : Étude des ossements de Climăuţi II (Institut de Zoologie de Chişinău, Theodor Obada et Laëtitia Demay) ; mandibule de mammouth et pièces façonnées sur ivoire. (© L. Demay)

Grâce à ce projet, soutenu par le département H&E du MNHN, les analyses archéozoologiques, notamment taphonomiques, des assemblages mammaliens d’autres sites moldaves, a priori attribués au Dernier Maximum Glaciaire, sont en cours de réalisation, ainsi que des datations absolues et, pour la première fois, des analyses isotopiques des différentes espèces présentes au sein des assemblages. Les résultats à venir devraient nous permettre de mieux connaître les conditions de préservation des assemblages, ainsi que les pratiques de subsistance lors du Dernier Maximum Glaciaire à l’Est des Carpates, dans le cadre chrono-culturel et paléoécologique.

Remerciements

Les travaux sur le terrain, en République de Moldavie, et en laboratoire sont engagés en coopération avec Theodor Obadă (Institut de Zoologie de Chişinău, paléontologie), Sergei Covalenco (Institut du Patrimoine Culturel de Chişinău, archéologie), Viorica Pascari (Institut de Zoologie de Chişinău, paléontologie), Roman Croitor (Institut de Zoologie de Chişinău/ UMR 7269 LAMPEA CNRS-Université d’Aix-Marseille-Inrap, paléontologie), Marie-Anne Julien (GeoArchéon/UMR 7194 HNHP CNRS-MNHN, archéozoologie/biogéochimie), Olivier Tombret (UMR 7109 AASPA/UMR 7194 HNHP CNRS-MNHN, datations/géochimie), Antoine Zazzo (UMR 7109 AASPE CNRS-MNHN, datations), Matthieu Lebon (UMR 7194 HNHP CNRS-MNHN, spectrométrie infrarouge), Xavier Gallet (UMR 7194 HNHP CNRS-MNHN, spectrométrie infrarouge), et avec la participation de Sophie Auger (CPE, Lyon), Lisa Garbé (UMR 7194 HNHP-PAST) et Fabien Loustalot (UMR 7194 HNHP-PAST). Merci également à Frédérique Chlous, Directrice du Département Homme et Environnement du MNHN et à Sylvie Delamarre pour la gestion administrative et financière du projet PISTE.

Ces recherches ont reçu les soutiens financiers suivants :

2023 : Projet fédérateur du département Homme et environnement (H&E) du Muséum national d’Histoire naturelle, « Peuples itinérants du Sud-Est des Carpates au Pléniglaciaire supérieur : environnements, résilience et transition culturelle – PISTE » (dir. L. Demay et S. Péan)

2022 : Bourse de la Fondation I.P.H. Prince Albert Ier de Monaco, « Modes de vie des premiers groupes humains épigravettiens à l’est des Carpates (République de Moldavie) » (L. Demay)

2016 : Bourse de la Société des Amis du Musée de l’Homme, « Sites archéologiques de la République de Moldavie » (L. Demay)

2016 : Action Transversale du Muséum (ATM) « Utilisation des ressources animales par les derniers Néanderthaliens et les premiers Homo sapiens en Moldavie et en Ukraine occidentale », (dir. S. Péan)

Bibliographie

Anghelinu, M., Händel, M., Niţă, L., Cordoş, C., Veres, D., Hambach, U., Murătoreanu, G., Ciornei, A., Schmidt, C., Sava, T., Mănăilescu, C., Ilie, M., Demay, L., Georgescu, V., 2021. From Gravettian to Epigravettian in the Eastern Carpathians: Insights from the Bistricioara-Lutărie III archaeological site. Quaternary International 587-588, 210-229.

Boriskovskyi, P.I., 1953. Paleolit Ukrainu, Istoriko-arkheologicheskiye Ocherki. Nauka, Moscow-Leningrad.

Borziac, I.A., 1994. Paleoliticborziacul s¸i Mezoliticul din spat¸iul dintre Prut s¸i Nistru. Rep. Moldova. Thraco-Dacia 15 (1–2), 19-40.

Borziac, I.A., David, A., Obadă, T., 1992. Climăuți II. Un site du Paléolithique supérieur avec faune de mammouths dans la région du Dniestr. Annuarul Muzeului național de Istorie a Moldovei I, 75-94.

Chernysh, A.P., 1959. Pozdnii paleolit Srednego Pridnestrov’ya, in: Gromov, V.I., Okladnikov, A.I. (Eds.), Trudy Komissii Po Izucheniyu Chetvertichnogo Perioda, 15. Izdate’lstvo Akademii nayk SSSR, Moscow, pp. 5-214.

Covalenco, S.I., 2003-2004. A contribution to the Problem of the Dniester epi- Aurignacien. Stratum Plus 1, 301-306.

Demay, L., Péan, S., Noiret, P., Obadă, T., Koulakovska, L., 2019a. Le statut du mammouth au sein des groupes humains du Pléniglaciaire supérieur autour des bassins du Dniestr et du Prout, in: C., Cordoş, V., Chirica (Eds.), La Paléolithique supérieur de Roumanie en contexte du Paléolithique supérieur européen. Actes de Colloque International de Iaşi, 2019, Editura Pim, Iaşi, Académie Roumaine – Filiale Iaşi, Institut d’archéologie de Iaşi, Bibliotheca Archaeologica Iassiensis XXXIII, pp. 59-95.

Demay, L., Obadă, T., Péan, S., Prepeliţa, A., 2019b. Utilization of mammoth resources and occupation of the Dniester basin territory: the Upper Paleolithic site of Valea Morilor (Republic of Moldova). Quaternary Science Reviews 222, 105898.

Demay, L., Julien, M.A., Anghelinu, M., Shydlovskyi, P.S., Koulakovska, L.V., Péan, S., Stupak, D.V., Vasyliev, P.M., Obăda, T., Wojtal, P., Belyaeva, V.I., 2021a. Study of human behaviors during the Late Pleniglacial in the East European Plain through their relation to the animal world. Quaternary International 581-582, 258-289.

Demay, L., Covalenco, S., Obadă, T., Croitor, R., 2021b. Zooarchaeological analysis of the Raşkov 8 Upper Palaeolithic site (Republic of Moldova). L’Anthropologie 125 (4), 102927.

Demay, L., Obadă, T., Covalenco, S., Noiret, P., Péan, S., Patou-Mathis, M., 2021c. Zooarchaeological analyzes of the faunal remains of the upper level of Climăuţi II (Republic of Moldova), in: G., Lengyel, J., Wilczyński, M., Sánchez de la Torre, X., Mangado, J.M., Fullola (Eds.), Studies on the Palaeolithic of Western Eurasian, Proceedings of the session n° XVII-4: The Upper Palaeolithic research in Central and Eastern Europe of the XVIII° UISPP congress, Paris, June 2018, Archaeopress Archaeology, Oxford, pp. 102-133.

Demay, L., Croitor, R., Covalenco, S., Obadă, T., Pascari, V. (soumis). Zooarchaeological analysis of the Raşkov 7 Upper Palaeolithic site (Republic of Moldova). L’Anthropologie.

Grigoriev, G.P., 1970. Verchnij Paleolit, in: Kamennyi Vek Na Territorii SSSR. Nauka, Moscow, pp. 43-63.

Grigorieva, G.V., 1974. Pozdnepaleoliticeskaja stojanka Rashkov VIII. Sovetskaya arkheologiya 3, 142-149.

Haesaerts, P., Borziak, I., Chirica, V., Damblon, F., Koulakovska, L.V., van der Plicht, J., 2003. The east Carpathian loess record: a reference for middle and late pleniglacial stratigraphy in central Europe. Quaternaire 14 (3), 163-188.

Noiret, P., 2009. Le Paléolithique supérieur de la Moldavie. Essai de synthèse d’une évolution multi-culturelle, Université de Liège, Liège, ERAUL 121.

Novenko, E.Yu, 2006. Late Valdai pollen flora from loess sediments in the central East- European Plain. Paleoenvironmental reconstruction. Quaternary International 152-153, 146-152.

Nuzhnyi, D.Yu, 2015. Upper Palaeolithic of the western and northern Ukraine (techno-typological variability and periodization). Institute of archaeology Ukrainian national academy of sciences, Publisher Oleg Filyk, Kyiv.

Obadӑ, T., van der Plicht, J., Markova, A., Prepeliţă, A., 2012. Preliminary results of studies of the Valea Morilor Upper Palaeolithic site (Chişinău, Republic of Moldova): a new camp of mammoth hunters. Quaternary International 276-277, 227-241.

Otte, M., Noiret, P., Chirica, V., Borziak, I., 1996. Rythme évolutif du Gravettien oriental, in: Palma di Cesnola, A., Montet-White, A., Valoch, K. (Eds.), XIII Congrès International d’U.I.S.P.P., Section 6: the Upper Palaeolithic. Colloquim XII. The Origin of the Gravettian, Forli, Italy, pp. 213-226.

Păunescu, A., 1998. Paleoliticul si epipaleoliticul de pe teritoriul Moldovei cuprins între Carpati și Siret. Satya Sai, București.

Péan, S., Puaud, S., Crépin, L., Prat, S., Quiles, A., Van der Plicht, J., Valladas, H., Stuart, A.J., Drucker, D.G., Patou-Mathis, M., Lanoë, F., Yanevich, A., 2013. The Middle to Upper Paleolithic Sequence of Buran-Kaya III (Crimea, Ukraine): New Stratigraphic, Paleoenvironmental, and Chronological Results. Radiocarbon 55(3), 1454-1469.

Péan S., Prat S., Nuzhnyi D. (dir.), 2015. Hommes et environnements au Paléolithique supérieur en Ukraine : Mezhyrich. L’Anthropologie 119(4), p. 349-504.

Velichko, A.A., Bogucki, A.B., Morozova, T.D., Udartsev, V.P., Khalcheva, T.A., Tsaskin, A.I., 1984. Periglacial Landscapes of the East European Plain. In: Velichko A.A. (Ed.), Late Quaternary Environments of the Soviet Union. University of Minnesota Press, Minneapolis, pp. 95-118.

Les auteurs

Laëtitia Demay est chercheure associée au Muséum national d’Histoire naturelle, spécialiste en archéozoologie. Elle est membre de l’UMR 7194 HNHP (CNRS/MNHN/UPVD).

Stéphane Péan est Maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle, archéozoologue et préhistorien. Il est membre de l’UMR 7194 HNHP (CNRS/MNHN/UPVD) et co-responsable de l’équipe NOMADE.



Citer ce billet
Laëtitia Demay et Stéphane Péan (2024, 22 mars). Interactions humains-environnement au Dernier Maximum Glaciaire à l’Est des Carpates : recherches en cours en République de Moldavie. Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2w4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search