Archéologie et paléoenvironnement des peuples de l’arctique nord-est (Canada et Groenland)

Entre Canada et Groenland : à la croisée des peuples de l’Arctique

La zone arctique et subarctique située entre le Canada et le Groenland constitue un immense espace où se sont croisées pour la première fois les populations venues d’Asie et d’Europe. Vers 4000 ans avant notre ère, les premiers groupes humains venus de Sibérie s’installent dans la zone du détroit de Béring (Mason et Friesen, 2018). Depuis l’Alaska, certains de ces groupes traversent l’arctique canadien jusqu’au Groenland où l’on trouve les premières traces archéologiques relatives aux groupes culturels Indépendance I et Saqqaq vers 2500 av. J.C. (Grønnow et Sørensen, 2004). Les groupes Dorset arrivent vers 500 av. J-C. et disparaissent vers 1350 ap. J.-C., côtoyant pendant quelques temps une nouvelle population, celle des thuléens. Les groupes Thulé se répandent dans tout l’Arctique oriental, remplaçant rapidement les Dorsétiens ; ce sont les ancêtres des Inuits actuels du Canada et du Groenland. Les premiers européens venus de Scandinavie, les Norrois (nommés à tort vikings), s’installent dans le sud du Groenland vers 985 après J.-C. pour une période d’environ 500 ans, soit en même temps que les derniers Dorsétiens et les premiers Thuléens qui vivaient alors plus au nord (Arneborg et al., 2012). Les Norrois explorent la côte arctique canadienne jusqu’à Terre-Neuve, où ils fondent le site de l’Anse-aux-Meadows (Ledger et al., 2019). Les études génétiques soulignent la continuité qui caractérise la période allant jusqu’au Dorsétien. Cette continuité est interrompue par l’arrivée des ancêtres des Inuits actuels (Raghavan et al., 2014). Enfin les baleiniers européens dès le XVIIe siècle puis les missionnaires danois et moraves investissent ces régions dès le XVIIIe siècle.

Ces population inuit, pré-inuit et européennes ont laissé de nombreux artéfacts de leur passage. Si la recherche française a initié des missions scientifiques dans ces zones extrêmes (paléoclimatologie et anthropologie sociale), les approches archéologiques et bioarchéologiques sont plus rares. Les difficultés liées au climat et à l’accès au terrain ne facilitent pas l’essor de telles études. Les chercheurs français ne sont pas pour autant absents et ont développé des collaborations nombreuses avec le Québec et, dans une moindre mesure, avec le Groenland et le Danemark. Différentes initiatives montrent en outre l’intérêt que le CNRS porte aux zones polaires, comme l’atelier qui leur a été dédié lors des dernières prospectives de l’INEE, le renouvellement du GDR AREES « Habiter l’Arctique : sociétés, savoirs et paysages locaux » ou encore la mise en place de l’IRN « Forêts froides » plus centré sur les approches paléoécologiques. Par ailleurs, le soutien financier de l’IPEV (Institut polaire français), de l’ANR (par exemple ANR InterArctic) ou du Belmont Forum (Arctic II 2019) permettent de développer des recherches originales dans ces pays, centrées sur l’étude de la vulnérabilité, de la résilience et des capacités d’adaptation des sociétés passées et actuelles face aux changements globaux.

La sauvegarde des sites : une course contre la montre face au changement global

Au Canada et au Groenland comme dans tout l’Arctique, une course contre la montre s’est en effet engagée pour la sauvegarde de certains sites archéologiques menacés par la fonte du pergélisol, l’érosion des sols, la montée du niveau marin et les perturbations diverses. Il faut rappeler que le changement global, sans précédent, est quatre fois plus importantes en zone arctique et subarctique qu’en zone tempérée (GIEC, 2023). Les changements environnementaux sont variés et, avec la fonte des glaciers qui s’est considérablement accélérée depuis 1985, apparaissent de nouveaux habitats (Greene et al., 2024). L’intensification de phénomènes météorologiques inhabituels, la propagation d’espèces exogènes ainsi que la diminution de la qualité et de la durée sur l’année de la glace de mer (banquise) sont autant d’événements qui alertent les populations de l’Arctique, entraînant des bouleversements sociaux, économiques et culturels. Aujourd’hui en zone arctique, l’intérêt des études archéologiques, bioarchéologiques et paléoenvironnementales n’est plus d’utiliser le passé dans le seul but de comprendre un présent sans précédent mais, compte tenu de la disparition programmée d’un patrimoine unique, de recueillir et de documenter les relations qui ont existées entre les sociétés humaines et leur environnement sur le temps long (Gauthier et al., 2010 ; Massa et al., 2012 ; Roy et al., 2021). Ces différentes approches ne peuvent se faire sans l’accord voire l’appui des populations locales.  D’une part, il convient de mieux diffuser les résultats de ces études auprès des populations locales, tout en les impliquant plus largement dans les différentes démarches et les réflexions, par exemple, sur la protection des sites ;  d’autre part, il faut parfois également s’appuyer sur leur demande. Les approches bioarchéologiques et paléoenvironnementales gagneraient également à mieux intégrer les questionnements écologiques et, en conséquence, à créer plus de passerelles entre l’actuel et le passé.

Parmi les avancées récentes, on peut citer les résultats du projet ANR InterArctic (2018-23) : Un millénaire d’interactions entre sociétés et environnement en zone arctique et subarctique (Canada et Groenland, coord. Emilie Gauthier). Ce projet a donné l’occasion d’exploiter ce terrain d’étude extraordinaire et d’associer recherches en archéologie, paléoenvironnement, écologie, géographie et anthropologie sociale. L’étude des sédiments et de leur contenu (grains de pollens, graines, insectes, œufs de parasites…) prélevés dans des contextes variés (lacs, sols, tourbières…) a permis d’éclairer l’évolution des paysages en lien avec les changements climatiques et les impacts anthropiques. Les artéfacts issus des sites archéologiques étudiés ont donné de précieuses informations sur la gestion des ressources naturelles et les interactions entre les sociétés humaines passées et leurs environnement. Enfin, une approche culturelle a été développée mettant l’accent sur la tradition orale et la perception de l’environnement, du patrimoine archéologique, des sociétés passées et des changements environnementaux et sociaux actuels et futurs au sein de deux communautés situées respectivement au Groenland et au Canada.

Dans le cadre du projet InterArctic, les prospections, fouilles archéologiques, analyses paléoenvironnementales et géoarchéologiques menées sur la côte du Labrador (secteur de Nain, Canada, fig. 1 et fig. 2), ont mis en lumière les relations entre les Thuléens/Inuit et leur environnement sur un territoire sensible aux changements globaux. Ces travaux se sont étendus au Nunavik, à Saint-Pierre-et-Miquelon, ainsi qu’à Terre-Neuve et sont centrés sur l’histoire de l’environnement et l’impact des changements climatiques sur l’évolution des sites archéologiques.

Fig. 1 : Carte de l’arctique canadien et groenlandais
et sites évoqués dans l’article.
Fig. 2 : Fouille du site de South Aulatsivi sur la côte du Labrador,
à proximité du village de Nain.
Photo: Natasha Roy, 2018.

Au Groenland, les travaux ont révélé d’une part, l’histoire de la colonisation médiévale des fjords du secteur de Nuuk (Établissement de l’ouest), peu connue par comparaison avec celle des fjord du sud (Établissement de l’est) mais aussi les interactions passées et actuelles entre les Hommes, le climat et une colonie d’oiseaux marins de la côte nord-est. Enfin, une collaboration à long terme a été mise en place avec les communautés locales, en particulier avec les enseignants de l’école de Kuujjuaq (Canada) et de Nuuk (Groenland). Grâce à ce travail, il a été possible d’échanger sur le passé, le présent et le futur de ces régions et de recueillir des données d’observation et d’entretiens dans un contexte d’aggravation de la crise écologique et de radicalisation politique de la jeunesse inuit. Un livret réunissant les photos et les entretiens réalisés par les élèves des lycées a été réalisé et remis à tous les participants (fig. 3).

Fig. 3 : Page de couverture du livret de restitution des travaux des lycées de Nuuk (Groenland) et Kuujjuaq (Nunavik, Canada).
Copyright : Jean-Michel Huctin.

Les mergules nains sous la loupe des chercheurs

En guise d’exemple des travaux réalisés, nous développerons l’étude sur le temps long des mergules nains (Alle alle) d’Ukaleqarteq (fig. 1). Ces petits oiseaux marins, très abondants, viennent se reproduire tous les ans sur les côtes du Groenland ; chaque couple élève un poussin qui nait début juillet puis repart dès la fin aout vers la côte du labrador où il passe l’hiver. Le site d’Ukaleqarteq (70°N), caractérisé par la présence d’une colonie de plusieurs centaines de milliers de mergules, se trouve à environ 60 km du village d’Ittoqqortoormiit. Cette zone est également caractérisée par l’abondance des vestiges archéologiques. La majorité des sites sont datés de la période Thulé avec des groupes de chasseurs/pêcheurs arrivant au début du Petit Âge Glaciaire, vers 1400. Ce secteur reste fréquenté jusque vers 1700, puis est progressivement abandonné entre 1700 et 1850 (Sørensen et Gulløv, 2012). Le village actuel d’Ittoqqortoormiit a été créé par le gouvernement danois en 1925, à l’embouchure du Scoresby Sund : l’abondance de sites archéologiques, potentiellement liée à la présence d’une grande diversité des ressources marines (phoque, morse, baleine) et terrestres (renne et bœuf musqué), motiva l’installation de cette communauté inuite originaire du sud. Les oiseaux, dont les mergules, sont aujourd’hui encore chassé par les inuits. Le mergule joue un rôle clé en tant qu’ingénieur des écosystèmes, façonnant les milieux côtiers, aussi bien en mer (pression de prédation) qu’à terre (fertilisation des sols par le guano). La colonie d’Ukaleqarteq accueille d’ailleurs une végétation originale avec des espèces nitrophiles, comme la petite oseille (Rumex acetosella), qui ne poussent que sur le site de nidification et qui constitue un marqueur intéressant de la présence des oiseaux (fig. 4).

Fig. 4 : Mergule dans la colonie d’Ukaleqarteq.
Au pied du rocher poussent une grande quantité de Rumex acetosella (petite oseille), une plante nitrophile.
Photo : Emilie Gauthier

Des mergules et des Hommes

Le site d’Ukaleqarteq semble avoir été un point d’attraction pour les populations humaines actuelles et passées. Les cabanes de chasse modernes, ainsi qu’un site archéologique, sont localisés au même endroit stratégique : à proximité du site de reproduction des mergules nains. Au pied de l’aire de nidification se trouvent trois cabanes modernes : celle qui est actuellement utilisée par les chasseurs du village et les chercheurs en mission et les deux autres datant respectivement des années 30 et des années 80. À environ un kilomètre des cabanes, un premier travail de terrain a permis de localiser sur une plage de galets, un camp d’été composé de structures circulaires et de nombreuses caches (fig. 5). Profitant des conditions météorologiques exceptionnelles du mois d’août 2018, une prospection à l’aide d’un drone (fig. 6) a révélé l’étendue du camp d’été (environ 60 structures) mais aussi la présence d’habitats semi-enterrés (campement d’hiver) sur le versant sud (Gauthier et al., sous presse). Le modèle numérique de terrain (MNT) a été utilisé pour identifier ces éléments archéologiques. En l’absence de fouille, la datation reste incertaine. Si l’habitat d’hiver semi-enterré est caractéristique de la période Thulé, le site d’été est plus difficile à cerner chronologiquement. Il est sans doute Thulé mais pourrait comporter des habitats plus anciens ; aucune structure typique des périodes Dorset ou Saqqaq n’a cependant été identifiée. L’analyse des sols de la colonie et de la tourbière au pied du site de nidification a permis de renseigner sur le temps long la présence des oiseaux. Une précédente analyse pollinique et géochimique des sédiments lacustres prélevés sur le site de Raffle Sø, une île à quelques kilomètres d’Ukaleqarteq, avait déjà montré que ces oiseaux étaient arrivés vers 5500 ans av. notre ère pour disparaître au IIe siècle (Wagner et Melles, 2001). Ils revenaient ensuite entre le Xe et XVe siècle, puis au cours des 100 dernières années.

Fig. 5 : Structure circulaire, Ukaleqarteq, côte est du Groenland.
Photo : Emilie Gauthier
Fig. 6 : Drone devant la cabane de chasse d’Ukaleqarteq.
Photo : Vincent Bichet

Les données polliniques, carpologiques et les datations radiocarbone montrent que la flore nitrophile actuelle se met en place dès le VIIe-IXe siècle ap. J.-C. et soutiennent  l’hypothèse d’une présence des mergules dans ce secteur de la côte est à partir de la période médiévale. La pression sur l’environnement varie au cours du temps et les mergules semblent affectés par une période de froid intense entre le milieu du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle, mais aussi par la présence possible de chasseurs au XVIIe siècle (potentiellement en rapport avec le site archéologique voisin) et depuis le milieu du XXe siècle (installation des cabanes de chasse). Par comparaison avec d’autres colonies de mergules, celle d’Ukaleqarteq est particulièrement facile d’accès et a donc motivé les visites récurrentes de chasseurs et plus récemment des chercheurs. Le suivi de cette population d’oiseaux depuis le début du XXIe siècle permet de comprendre leur adaptation au réchauffement climatique et l’effet des polluants sur leur survie (par exemple Grémillet et al., 2012 ; Cruz-Flores et al., 2024). Si les oiseaux semblent jusqu’à maintenant avoir adapté leur alimentation marine (copépodes) au réchauffement climatique, leur survie est affectée par les polluants, notamment les métaux lourds, présents dans leur alimentation d’origine marine. Ces métaux lourds se retrouve par bioaccumulation dans leur nourriture mais leur concentration a particulièrement augmenté depuis la période industrielle. L’analyse en cours des éléments traces-métalliques, en particulier des métaux lourds contenus dans le guano, dans les sols et la tourbière sous la colonie, devrait permettre d’affiner ces premiers résultats. Enfin une prochaine étape serait de comparer les premières données obtenues avec celles d’un site épargné par les chasseurs afin de saisir une dynamique naturelle hors contexte anthropique. Il serait également nécessaire de constituer un référentiel en dehors de la colonie et des dépôts de guano afin de distinguer apports en métaux lourds dans les sols par le guano et par l’atmosphère.

La colonie d’Ukaleqarteq établie depuis plus d’un millénaire est plutôt récente par rapport à d’autres colonies ; elle offre néanmoins un observatoire extraordinaire pour analyser et comparer l’impact du changement global mais aussi des activités humaines locales, du passé à l’actuel.

Bibliographie

Arneborg, J., Lynnerup, N., Heinemeier, J., Møhl, J., Rud, N., Sveinbjörnsdóttir, Á. E., 2012. Norse Greenland dietary economy ca. AD 980-ca. AD 1450: Introduction. Journal of the North Atlantic, 2012 (sp3), 1-39.

Bhiry, N., Delwaide, A., Allard, M., Bégin, Y., Filion, L., Lavoie, M., Nozais, Ch., Payette, S., Pienitz R., Saulnier-Talbot, E., Vincent, W. F., 2011. Environmental change in the Great Whale River region, Hudson Bay: Five decades of multidisciplinary research by Centre d’études nordiques (CEN). Ecoscience, 18(3), 182-203.

Bhiry, N., Marguerie, D., Weetaluktuk, T., Desrosiers, P. M., Todisco, D., Desroches Bourgon, M., Aoustin, D., 2021. Dorset and Thule Inuit occupations of Qikirtajuaq (Smith Island), Nunavik, Canada: a palaeoecological approach. Boreas, 50(3), 826-843.

Cruz-Flores, M., Lemaire, J., Brault-Favrou, M., Christensen-Dalsgaard, S., Churlaud, C., Descamps, S., Fort, J., 2024. Spatial distribution of selenium-mercury in Arctic seabirds. Environmental Pollution, 343, 123110.

Gauthier, E., Bichet, V., Massa, C., Petit, C., Vannière, B., Richard, H., 2010. Pollen and non-pollen palynomorph evidence of medieval farming activities in southwestern Greenland. Vegetation History and Archaeobotany, 19, 427-438.

Gauthier, E., Bichet, V., Richard, H., Masson MacLean, E., Fort, J., Gremillet, D., Sous presse. Settlement pattern and subsistence strategies in the high-arctic: drone survey of an archaeological site at Ukaleqarteq (Kap-Höegh, North-Eastern Greenland). Actes du colloque HOMER, Septembre 2021, Saint-Pierre d’Oléron. Sidestone Press.

Greene, C. A., Gardner, A. S., Wood, M., Cuzzone, J. K., 2024. Ubiquitous acceleration in Greenland Ice Sheet calving from 1985 to 2022. Nature, 625(7995), 523-528.

Grémillet, D., Welcker, J, Karnovsky, N. J., Walkusz, W., Hall, M. E., Fort, J., Brown, Z. W., Speakman J. R., Harding A. M. A.,      2012.      “Little auks buffer the impact of current Arctic climate change”, Marine Ecology Progress Series, 454. 197-206.

Grønnow, B., Sørensen, M., 2004. Palaeo-eskimo migrations into Greenland: the Canadian connection. In Dynamics of Northern Societies. Proceedings of the SILA/NABO conference on Arctic and North Atlantic archaeology, Copenhagen, 59-74.   

Krinner, G., Guivarch, C., Hourcade, J. C., Masson-Delmotte, V., Szopa, S., Saheb, Y., 2023. Publication du 6e rapport de synthèse du Giec. La Météorologie, 121, 16-18.

Ledger, P. M., Girdland-Flink, L., Forbes, V., 2019. New Horizons at L’Anse aux Meadows. Proceedings of the National Academy of Sciences, 116(31), 15341-15343.

Mason, O. K., Friesen, T. M., 2018. Out of the Cold: archaeology on the Arctic Rim of North America. University Press of Colorado, 300 p.

Massa, C., Bichet, V., Gauthier, É., Perren, B. B., Mathieu, O., Petit, C., Monna, F., Giraudeau J., Losno, R., Richard, H., 2012. A 2500 year record of natural and anthropogenic soil erosion in South Greenland. Quaternary Science Reviews, 32, 119-130.

Raghavan, M., DeGiorgio, M., Albrechtsen, A., Moltke, I., Skoglund, P., Korneliussen, T. S., Willerslev, E., 2014. The genetic prehistory of the New World Arctic. Science, 345(6200), 1255832.

Roy, N., Woollett, J., Bhiry, N., Lemus-Lauzon, I., Delwaide, A., Marguerie, D., 2021. Anthropogenic and climate impacts on subarctic forests in the Nain region, Nunatsiavut: Dendroecological and historical approaches. Ecoscience, 28(3-4), 361-376.

Sørensen, M., Gulløv, H. C., 2012. “The Prehistory of Inuit in Northeast Greenland”, Arctic Anthropology, 49, 1, 88-104.

Wagner, B., Melles, M., 2001. A Holocene seabird record from Raffles Sø sediments, East Greenland, in response to climatic and oceanic changes. Boreas, 30(3), 228-239.

L’autrice

Emilie Gauthier est professeure en archéologie et paléoenvironnement à l’Université de Franche-Comté rattachée à l’UMR 6249 Chrono-environnement, CNRS à Besançon.



Citer ce billet
Emilie Gauthier (2024, 19 avril). Archéologie et paléoenvironnement des peuples de l’arctique nord-est (Canada et Groenland). Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8ty

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search