La Base Jean-Clottes (BJC), Les représentations animales de la Préhistoire

D’un inventaire des représentations de bouquetin à une forme éditorialisée de bibliothèque numérique étendue aux représentations animales de la Préhistoire

Placée sous l’égide du CNRS et éditée sous la forme d’une bibliothèque numérique, La Base Jean-Clottes, Les représentations animales de la Préhistoire https://animal-representation.cnrs.fr, est une plateforme collaborative de valorisation des données de recherche sur la figuration animale dans l’iconographie préhistorique.   

La représentation animale pendant la Préhistoire

Dès le début du Paléolithique récent, les représentations animales prennent une place centrale dans la production iconographique des sociétés préhistoriques. Le registre archéologique livre d’innombrables exemples sur divers supports qu’il s’agisse d’art mobilier (les objets ornés), d’art rupestre (parois rocheuses à la lumière du jour) ou d’art pariétal (grottes ornées). Dans ce contexte, les figurations animales témoignent souvent d’une attention particulière à l’anatomie des modèles, voire à certains traits d’ordre éthologique, rendus avec une grande précision dans des figurations graphiquement très abouties (nombreux détails internes, décalage des plans, maîtrise graphique) (fig. 1). 

Fig. 1 : Grotte de Rouffignac (Dordogne, France). Magdalénien, vers 17 000 av. le présent, Mammouth et Bouquetins. Photo : F. Plassard

L’animal figuré participe souvent de compositions plus ou moins complexes, pouvant associer plusieurs images d’une même espèce, des espèces différentes, ainsi que des animaux et des motifs non figuratifs, géométriques ou non. L’art du Paléolithique se focalise ainsi sur quelques grands herbivores (cheval, bison, bouquetin, renne, mammouth) qui représentent à eux seuls plus des trois-quarts des images et marginalisent ou excluent l’ensemble des autres espèces côtoyées. Les figurations humaines n’ont qu’une place numériquement réduite, et sont souvent portées par des conventions de représentation distinctes de celles qui prévalent pour les non-humains. Enfin, la dimension narrative de cette expression graphique est, sauf exception, très limitée, et les exemples de véritables scènes sont rarissimes.

La récurrence de certains sujets et la pérennité des choix iconographiques sur le temps long et sur de vastes aires géographiques laissent penser que les figurations animales ont été investies de charges symboliques puissantes dont le contenu ne nous est plus accessible.

A partir de la Préhistoire post-paléolithique d’autres conventions de représentation se développent en même temps qu’évoluent les choix iconographiques et probablement les contenus symboliques des figurations animales (fig. 2).

Fig. 2 : Monts Aragats (Arménie) PPNB probable, représentation d’un herbivore, Photo : V. Feruglio/Mission Caucase/MAE

L’art du Levant espagnol, attribuable, au moins en partie au Mésolithique, voit se multiplier les grandes compositions rupestres narratives où des humains interagissent avec des animaux : scène de chasses au bouquetin ou au cerf, possibles scènes de dépeçage, cueillette du miel au milieu d’une nuée d’abeilles, affrontements entre groupes… (fig. 3).

Fig. 3: Art du Levant espagnol, Mésolithique : A – Cinto de las Letras (Valencia), scène de chasse au bouquetin, Relevé T. Martínez i Rubio ; B – Cingle de La Mola Remigia (Castellón), scène de dépeçage d’un bouquetin ? Photo : G. Sauvet et relevé E. Ripoll

Parallèlement, les représentations tendent vers une forme de schématisation qui s’accentue au Néolithique et aux Âges des métaux, sans que jamais l’animal figuré ne disparaisse, témoignant de son rôle prépondérant dans les systèmes de pensées des sociétés de la Préhistoire (fig. 4 & fig. 5).

Fig. 4 : Cova de l’Or, Alicante, Espagne, Néolithique ancien cardial, Cervidés schématiques, Photo : I. Domingo
Fig. 5 : Lernamerdz, Arménie, Âge du Bronze probable, cerf schématique avec ramure surdéveloppée.
Photo : V. Feruglio/Mission Caucase/MAE

Origine et création de la Base Jean-Clottes, Les représentations animales de la Préhistoire

La Base Jean-Clottes ou BJC a été créée à la suite de l’ouvrage Bouquetins et Pyrénées (Aix-en-Provence, PUP-PréMed) publié sous la direction d’Aline Averbouh (AASPE UMR 7209, Paris), Valérie Feruglio, Frédéric Plassard (PACEA UMR 5199, Pessac) et Georges Sauvet (CREAP, Toulouse). Dédié à Jean Clottes, conservateur général du Patrimoine honoraire, spécialiste de l’art préhistorique de renommée internationale, cet ouvrage compte deux volumes : le premier (paru en 2021), généraliste, traite du bouquetin de la Préhistoire à nos jours ; le second (paru en 2022), spécialisé, est un inventaire des figurations paléolithiques de bouquetin (fig. 6).

C’est à partir de ce second tome que la Base Jean-Clottes, ainsi nommée en l’honneur du dédicataire et avec son accord, a été pensée pour faire suite au projet initial de l’inventaire des représentations paléolithiques de bouquetin dans les Pyrénées. Dès l’origine, cet inventaire a été conçu pour être un outil consultable et interrogeable sous format numérique. Sa structure en découle avec son classement géographique et par sites rangés par ordre alphabétique, la répartition des données en fiches générales (concernant le site et son art) et fiches détaillées (descriptif des figurations), le choix des thèmes et des contenus de chacune et, enfin, celui des entrées de la fiche descriptive à partir desquelles une recherche peut être opérée. Suffisamment performant pour une première étape, ce modèle a été retenu pour construire la BJC en l’adaptant à son évolution.

Objectif et construction scientifique de La Base Jean-Clottes  

En effet, dépassant l’inventaire des figurations d’une seule espèce sur une zone restreinte établi pour l’ouvrage, la BJC est ouverte aux représentations de toutes les espèces animales, de tous horizons géographiques et de toutes cultures préhistoriques, du Paléolithique à l’âge du Bronze, en intégrant celles d’autres sociétés humaines anciennes, disparues et sans écriture dans l’iconographie desquelles l’animal est également le plus souvent prédominant. Elle a ainsi pour vocation d’offrir une base de données et de recherche pour tout spécialiste de l’étude de ces figurations animales, mais aussi pour tout chercheur et chercheuse s’intéressant au rôle et à la place du monde animal au sein des sociétés humaines sans écriture. 

Le site de la BJC s’ouvre sur une page d’accueil apportant les renseignements nécessaires sur son fonctionnement (onglet : A propos de la BJC) et la façon d’y collaborer (onglet « Participer »), sur les ressources exploitées telles que bibliographie, glossaire, auteurs, carte… (onglet « ressources ») et sur les dossiers disponibles par espèce (onglet « Consulter »). Ces derniers sont nommés par « animal représenté », soit, pour l’heure : dossier « bouquetin », dossier « mammouth », dossier « cerf » et à venir dossier « lion » et dossier « mégacéros ». La question s’est posée de savoir s’ils devaient être hiérarchisés par famille ou par espèce mais, considérant que cette base de données est avant tout consacrée aux représentations des animaux et non aux données naturalistes les concernant, nous avons opté, au sein du conseil scientifique, pour cette dénomination plus adaptée d’une recherche sur un animal particulier et non sur celles concernant l’ensemble de sa famille, de son sexe, ou de sa classe. En outre, ce type de recherche peut malgré tout être réalisée à la fois au sein de la BJC en englobant l’ensemble des dossiers mais aussi complémentairement et en parallèle d’autres bases de données. En effet, nous avons veillé à ce que la BJC soit construite de façon cohérente avec des bases plus naturalistes (Ostéothèque AASPE, Taphothèque GDR BioArch) et culturalistes (MDAThèque AASPE) en renseignant les mêmes entrées sur certaines thématiques. C’est ainsi que les fiches inventaires de la BJC rentrent plusieurs informations sur les taxons représentés telles que « Famille, Sous-famille, Genre, Espèce, Nom vernaculaire de l’espèce » même s’il n’est pas toujours possible voire nécessaire de les renseigner dans le cadre d’une analyse graphique. Mais l’idée qui préside est de rendre possible les recherches croisées sur une aire géographique ou culturelle donnée entre représentation d’un animal et présence de sa famille, espèce, sous-espèce, ou des éléments de son squelette ou encore, des produits issus de son exploitation relevant de l’industrie en matières dures d’origine animale (déchets, supports, objets).

Chaque dossier s’ouvre à son tour sur une page d’accueil exposant une illustration générique à partir de laquelle l’utilisateur a accès à deux textes généraux d’ordre naturaliste sur l’animal évoqué (Origine et zoologie ; Éthologie) et un texte sur sa représentation. Ces notices sont volontairement courtes et synthétiques et destinées à fournir l’essentiel des informations utiles sur l’animal et ses modes de vie. Elles doivent permettre de mieux saisir les critères d’identification de l’animal dans les notices ainsi que les éléments d’ordre éthologique (attitudes, livrées…) dont la figuration peut non seulement signer l’appartenance à une espèce mais aussi attester de la volonté de l’artiste de laisser une indication de saisonnalité, de comportement spécifique, voire d’un sens symbolique particulier. L’éthologie offre, en effet, une première clef de lecture à l’identification de la part culturelle de chaque iconographie, thème qu’aborde le dernier texte avec un aperçu général de la représentation de l’animal ciblé dans les sociétés préhistoriques ou anciennes et sans écriture.

En cliquant sur l’onglet dédié, on accède ensuite aux données de l’inventaire. Fidèle au modèle initial de l’inventaire « bouquetin », chaque dossier comprend des fiches générales sur les sites ou les sources d’où proviennent les représentations et des fiches descriptives de chaque représentation.

Les fiches générales (fiche A, voir exemple https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6188) fournissent les éléments géographiques (nom du site, la commune, le département/région et le pays, contenus dans le titre), historiographiques (historique des recherches, stratigraphie, attribution culturelle et datation du site) et iconographiques (techniques supports et thèmes principaux des images, proportions des différentes espèces représentées) clefs pour contextualiser les figures consultées. Cette fiche s’achève par une liste de quelques références bibliographiques essentielles ainsi que par les mentions légales (licence, droit, citation du document) qui précisent les conditions de réutilisation des données. Les fiches générales sont construites d’un seul tenant et n’offrent donc pas de possibilité de recherches croisées à l’inverse des fiches « figuration » descriptives qui leur sont adossées et consultables à la suite.

Comme signalé, la fiche descriptive « figuration » (fiche B, voir exemple https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6365) suit globalement celle du modèle établi pour la représentation du bouquetin. Son ergonomie a toutefois été modifiée pour mieux répondre aux questions et recherches que se poseront les utilisateurs. Ainsi, l’ordre de certains champs descriptifs (entrées) diffère quelque peu : entrées sur les auteurs et autrices comme d’ordre taxinomique sont désormais en haut de liste, suivies de celles concernant l’expression artistique (Art mobilier, pariétal, rupestre…), la culture, numéro d’identification de la figure, localisation dans le site. Viennent ensuite les champs concernant les aspects techniques et graphiques des représentations. La fiche s’achève par les mentions des références bibliographiques, du site, de la licence, des droits et mention pour citer le texte.

Pour la BJC, des champs volontairement multi-informatifs dans l’ouvrage ont été subdivisés pour permettre de réaliser des recherches ciblées. C’est, par exemple, le cas de la description des cornes dans les fiches descriptives du dossier « Bouquetin » qui, d’une entrée unique mentionnant le nombre de cornes, leur longueur, la présence ou non d’annelures et leur courbure, sont désormais des champs individualisés. Du reste, cette partie sur les particularités physiques représentées est propre à chaque dossier afin de tenir compte des spécificités anatomiques de chaque taxon, avec un explicatif sur les critères retenus. Ainsi, les cornes du bouquetin constituent l’un des éléments majeurs de son identification sans compter qu’elles peuvent aussi revêtir une valeur symbolique. Dans cet inventaire, lister la présence d’annelure ou celle d’une simple ou double courbure peut avoir des conséquences sur le plan naturaliste en distinguant Capra Ibex de Capra pyrenaica. La longueur de la corne peut à la fois signer le sexe (mâle ou femelle) ou l’âge tout comme attester d’une exagération graphique. De même, la représentation d’une ou deux cornes peut signer certaines conventions graphiques culturelles.

Un même site peut renfermer des représentations de différents animaux : la BJC est construite pour qu’un nombre indéterminé de fiches descriptives (B) relevant de différents dossiers et donc de différents taxons puisse être relié à une seule et même fiche générale (A) renvoyant au site. Ainsi, une nouvelle contribution concernant un site déjà renseigné dans la base pourra donc se limiter à la rédaction des fiches B. Au contraire, si la contribution concerne des sites absents de la base, les fiches A et B devront être renseignées.

Le fonctionnement éditorial de la Base Jean-Clottes

Base éditoriale en ligne, la BJC fonctionne comme une revue : elle est, de ce fait, organisée en trois comités aux rôles différents et complémentaires.

Le comité d’administration : destiné à accompagner le fonctionnement logistique de la BJC, il regroupe les représentants (liste nominative sur https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/page/organisation-et-comites) des principaux acteurs de sa réalisation et des institutions soutenant son fonctionnement, financièrement et administrativement qui sont actuellement :

– CNRS-Inist, Institut de l’information scientifique et technique

– UMR 7209 AASPE : Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements – CNRS-MNHN Paris.

– Institut archéologie méditerranéenne – ARKAIA – Aix-Marseille Université. – Conseil départemental de l’Ariège

Le comité scientifique ou comité de rédaction oriente la politique éditoriale de la base sous la responsabilité des membres de la direction (Averbouh A. dir. générale, Feruglio V. et Plassard F., dirs. scientifiques). Il examine, avec les responsables des dossiers concernés, les textes proposés avant de les valider et de les publier. Constitué de droit par Jean Clottes et par les membres de la direction de la BJC, il regroupe des spécialistes d’horizons et domaines de compétence variés mais tous en lien avec les représentations animales : naturalistes, archéologues, archéozoologues, historiens, historiens de l’art (liste nominative actuelle sur le site). 

Le comité d’expertiseou comité de lecture apporte son expertise à la validation des textes soumis. Destiné à évoluer selon les périodes ou les espèces concernées, il comprend autant de naturalistes susceptibles de valider l’identification des espèces représentées que de spécialistes de l’art ou des cultures abordées (liste nominative actuelle sur le site). 

La BJC garantie la protection juridique des textes et des images qui y sont déposés, régie par les droits de propriété intellectuelle. Toute utilisation des articles de la BJC (fiche générale, notice inventaire, textes des onglets et des pages des dossiers) doit donc faire mention de son référencement, systématiquement indiqué en fin de texte. La procédure à suivre pour utiliser des images est également énoncée dans les pages dédiées et peut être obtenue en s’adressant au secrétariat d’édition.

La construction technique de la Base Jean-Clottes

Comme dit, l’objectif initial du travail qui avait été demandé à l’Inist-Cnrs était l’éditorialisation sous forme de bibliothèque numérique de la publication du tome 2 de l’ouvrage Bouquetins et Pyrénées. Ce travail a été mené à bien avec le CMS Omeka S car il répondait aux critères des souhaits des commanditaires du projet de respecter la structure initiale de l’ouvrage, et nécessitait des adaptations techniques et ajouts minimes pour permettre une navigation aisée.

La structure technique a été également prévue dès l’amont du projet pour pouvoir étendre la problématique initiale et accueillir l’ensemble des représentations animales de la préhistoire. Enfin, l’interface devait également prévoir d’intégrer les éléments graphiques du site, son ergonomie et rendre disponibles les textes de présentation et d’accompagnement des données qui permettent une compréhension du projet et de ses objectifs.

Les choix retenus ont été les suivants :

  1. Structuration des champs de description de métadonnées en utilisant notamment le Dublin Core. Cette structuration, qui nécessite un modèle de description, a été définie en relation avec les responsables scientifiques porteurs du projet. Aux entrées descriptives (voir précédemment) s’ajoutent les images (photos, dessins et relevés) que l’on peut potentiellement agrandir pour visualiser les détails grâce à l’usage de la technologie IIIF dans un serveur dédié (fig. 7). Outre la fluidité de navigation, cette technologie permet des zooms profonds dans les images et d’accéder un niveau de détail très fin.
  2. Possibilité d’interrogation du corpus par :
    • – index auteurs/autrices (https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/page/dcterms-creator)
    • – navigation dans le site par liens hypertextes
    • – filtres (facettes) permettant des requêtes multicritères
    • – géolocalisation des représentations animales et des sites archéologiques sur carte générale et par item.  
Fig. 7 : Ce que permet la technologie IIIF : possibilité d’afficher un zoom profond de l’image sans perte de netteté, permettant d’observer des détails avec précision. Ici, l’exemple de la tête d’un bouquetin de La Vache (fiche 11) avec vue détaillée (image en haute définition) notamment des sillons de rainurage en délimitant le contour.
Photo : V. Feruglio/MAN 

Évolutions techniques et fonctionnelles

Toutefois, le travail d’éditorialisation ne s’achève pas au livrable, c’est-à-dire à sa mise en production et à l’ouverture du site au public. Outre des actions de formation au back-office afin que l’équipe scientifique soit la plus autonome possible notamment sur l’ajout de nouveaux items, l’Inist réalise également une maintenance corrective et évolutive des interfaces. Corrective sur le fonds documentaire traité (modifications de métadonnées, gestion de liens, nouveaux éléments descriptifs), corrective sur les textes ou le graphisme de l’interface, et évolutive car le CMS Omeka S, porté par une communauté dynamique, s’adapte en temps réel et propose régulièrement de nouveaux modules à intégrer proposant de nouvelles fonctionnalités. Prospective enfin, car de nouvelles demandes émergent, soit des pratiques en lien avec le mouvement de la Science Ouverte, soit avec l’évolution des pratiques du Web sémantique, soit vers une « FAIRisation » plus importante du projet. En l’espèce, les pistes envisagées pour faire évoluer le projet actuel sont la mise en place des IdRef  https://www.idref.fr/) et/ou des Orcid (https://orcid.org/) pour les auteurs et les autrices, du repérage et signalement des organismes partenaires du projet présents dans le ROR (https://ror.org/), de l’usage, autant que faire se peut, du thésaurus PACTOLS pour la description des items via Opentheso (https://pactols.frantiq.fr/opentheso/) et usage de Nakala (https://nakala.fr/) pour l’archivage des données.

Développement de la Base Jean-Clottes, les nouvelles contributions 

La BJC est un site destiné à s’enrichir de nouvelles contributions sous forme de nouvelles notices et fiches ou nouveaux dossiers consacrés à d’autres espèces. Conçue comme une plateforme collaborative, elle s’adresse aux autrices et aux auteurs souhaitant participer à ce projet. Les normes et consignes de soumission sont accessibles sur le site ou auprès du secrétariat d’édition BJC_Animal_representation@proton.me.

Dans sa première version, la BJC est éditée en français mais une version anglaise sera mise en place selon les moyens budgétaires et logistiques disponibles pour une lisibilité internationale. Néanmoins, il est d’ores-et-déjà prévu d’ajouter la version anglaise des textes des onglets à la suite des versions françaises. Elles seront prochainement accessibles sur le site. En revanche, les contributions (articles et notices) restent en français sur cette première version de la BJC.

Voulue comme un outil au service de la recherche, la Base Jean-Clottes, les représentations animales de la Préhistoiremet à disposition de la communauté scientifique une bibliothèque numérique interrogeable et renseignée par et pour les chercheurs et chercheuses. Voulue également comme un outil au service de la consultation du grand public, elle met à disposition une documentation scientifique fiable sur les représentations animales pendant la préhistoire. À ce double titre, elle s’inscrit pleinement, comme nous le souhaitions, dans le contexte de la Science Ouverte prônée par le CNRS (https://www.ouvrirlascience.fr/accueil/) et d’autres instances scientifiques.

Bibliographie

Averbouh A., Feruglio V., Plassard F. et G. Sauvet dir. 2021 Bouquetins et Pyrénées. Tome I De la Préhistoire à nos jours. Offert à Jean Clottes, conservateur général honoraire du Patrimoine. Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 413 p. ISBN – 9791032002926

Averbouh A., Feruglio V., Plassard F. et G. Sauvet dir. 2022- Bouquetins et Pyrénées. Tome II Inventaire des représentations du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, conservateur général honoraire du Patrimoine. Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 871 p. ISBN – 9791032003923

Les auteur.rices

Aline Averbouh est archéologue préhistorienne au CNRS, membre du laboratoire AASPE-UMR 7209 et spécialiste de l’étude des industries en matières dures d’origine animale.

Bernard Sampité est ingénieur au CNRS, chef de projet au sein du service valorisation des données de la recherche à l’INIST-Cnrs, Institut de l’information scientifique et technique, il gère plusieurs projets Omeka en lien avec l’archéologie ou l’histoire de l’art.

Frédéric Plassard est docteur en préhistoire, membre associé du laboratoire PACEA-UMR 5199, spécialiste de l’art paléolithique et responsable de la grotte de Rouffignac.

Valérie Feruglio est préhistorienne indépendante, membre associée du laboratoire PACEA-UMR 5199, spécialisée en art du Paléolithique, responsable de l’axe « Art pariétal » du PCR Cussac dirigé par J. Jaubert sous l’égide du Ministère de la culture.



Citer ce billet
Aline Averbouh, Bernard Sampité, Frédéric Plassard et Valérie Feruglio (2024, 3 mai). La Base Jean-Clottes (BJC), Les représentations animales de la Préhistoire. Bioarchéologies. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10swf

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chères carnetières, chers carnetiers,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search