IRP HEMO – Relations Humains-Environnements à la Préhistoire au Maroc : entre Océan Atlantique et Mer Méditerranée

Le Maghreb occupe depuis plusieurs années une place centrale dans les débats sur l’origine et l’évolution biologique et culturelle de différentes lignées humaines, notamment depuis la découverte en Algérie d’industries lithiques très anciennes associées à des traces de boucherie datant de 2,4 à 1,9 millions d’années (Sahnouni et al., 2018) et au Maroc des plus anciens restes appartenant à notre espèce Homo sapiens datant de plus de 300 000 ans (Hublin et al., 2017). Cette région fournit également des informations clés pour comprendre l’évolution culturelle des populations humaines au cours du dernier million d’année, depuis l’émergence de l’Acheuléen (Early Stone Age, ESA) au Pléistocène inférieur et moyen (e.g., Gallotti et al., 2021, 2023) associée à la plus ancienne exploitation de carcasses de grands mammifères en grotte (Daujeard et al., 2020), jusqu’aux développements comportementaux au Pléistocène supérieur, avec l’apparition des premiers objets symboliques en contexte archéologique à l’Atérien (Middle Stone Age, MSA), notamment l’utilisation de colorants et de parures en coquillages percés (e.g., Campmas , 2017 ; Sehasseh et al., 2021) et l’apparition de l’art figuratif (mobilier) et des premiers rituels funéraires à l’Ibéromaurusien (Later Stone Age, LSA) (e.g., Hachi, 2006 ; Humphrey et al., 2012). Cependant, nous savons peu de choses sur les causes sous-jacentes des changements majeurs dans l’évolution comportementale et biologique des populations humaines. En ce sens, l’intégration de données environnementales précises et locales peut contribuer à affiner le contexte des occupations et à résoudre le débat sur l’influence potentielle des changements du climat et du paysage sur l’évolution biologique et culturelle des populations humaines de la région.

Le projet HEMO – « Relations Humains-Environnements à la Préhistoire au Maroc : entre Océan Atlantique et Mer Méditerranée » financé par le CNRS Ecologie & Environnement dans le cadre d’un IRP (International Research project) pour une durée de 5 ans (2024-2028), propose d’apporter des éléments de réponse à ces questions à travers l’étude des faunes.

Contexte et objectifs du projet 

L’objectif principal du projet HEMO, qui est avant tout coopératif et multidisciplinaire, est d’apporter des données inédites sur les paléoenvironnements, sur les relations environnements-faunes-humains et leur évolution dans le temps, ainsi que sur les périodes et voies de dispersion des faunes et des humains, notamment à travers la zone saharienne. En effet, au cours des importants changements climatiques qui ont eu lieu au Pléistocène moyen et supérieur, le Sahara était alternativement un désert aride ou une vaste savane giboyeuse favorisant les échanges entre le nord et le sud du continent. Nos analyses sont ainsi plus particulièrement ciblées sur les restes osseux de grands et petits vertébrés retrouvés en contexte archéologique, qui permettent d’appréhender la variabilité de la biodiversité et des environnements dans l’espace et dans le temps, ainsi que les ressources nécessaires aux populations humaines pour leur subsistance ou d’autres activités (industrie osseuse, parures). Par exemple, bien que les petits bovidés comme les gazelles soient le taxon le plus chassé dans la plupart des sites au Maroc, des spécificités régionales existent, avec notamment une exploitation importante du Mouflon à manchettes en zone montagneuse, des ressources marines et littorales en contexte côtier, ou des mollusques terrestres dans diverses régions à certaines périodes. Il existe également des milieux très particuliers au Maroc, comme par exemple les zones à Arganier dans le sud-ouest du pays, qui peuvent abriter plusieurs espèces de rongeurs, musaraignes, amphibiens, lézards et serpents particulières. Ces petits animaux ont connu au cours du temps une histoire évolutive et biogéographique particulière à l’Afrique du Nord, souvent très différente de celle des grands mammifères, plus mobiles et avec une capacité de dispersion plus élevée, qui ont de tout temps présenté un cachet panafricain marqué bien que des connexions et échanges aient eu lieu à plusieurs reprises avec d’autres zones géographiques.

Si au Maroc les études de faune menées à l’échelle d’un site sont nombreuses, les approches pluridisciplinaires et les comparaisons inter-régionales au travers de collaborations étroites sur le long terme sont encore rares. De plus, les récents développements méthodologiques dans certains champs de recherche (morphométrie 2D et 3D, IA, isotopes, paléogénétique, protéomique, etc.) ne sont généralement appliqués qu’à un nombre limité de sites, ne permettant pas de les tester dans différents contextes chrono-culturels, géographiques, climatiques, géologiques, taphonomiques, etc. Le projet HEMO offre ainsi l’opportunité de renforcer le réseau international spécialisé sur les faunes et les paléoenvironnements pléistocènes du Maroc, de discuter des méthodes d’analyses, et de s’accorder sur la façon d’aborder les comparaisons inter-sites et inter-régionales. L’un des objectifs à terme sera d’avoir une meilleure lecture des paléoenvironnements à différentes échelles, locales et régionales, ainsi que des interactions entre humains et animaux, depuis le Pléistocène moyen jusqu’à l’Holocène.

L’IRP HEMO est ancré dans des projets et des collaborations solides existant depuis de nombreuses années entre chercheurs français, marocains, britanniques et américains, dans le cadre de campagnes de fouilles et d’études de matériel sur le terrain, de projets interdisciplinaires et de publications (quelques exemples : Barton et al., 2019 ; Bouzouggar et al., 2018 ; Campmas & Daujeard, 2020 ; Daujeard et al., 2011, 2020 ; El Hajraoui et al., 2012 ; Fernandez et al., 2015. ; Mhamdi et al., 2022 ; Sehassed et al., 2021 ; Steele & Alvarez-Fernandez, 2011 ; Stoetzel et al., 2014, 2019 ; Turner et al., 2020 ; Uzunidis et al., 2022).

Le présent projet est l’occasion de poursuivre ces études et de renforcer les liens et les collaborations entre différents partenaires travaillant sur des problématiques similaires dans différentes régions du Maroc. De nouvelles méthodes d’analyse (morphométrie 2D et 3D, machine learning appliqué à la paléoécologie, analyses isotopiques, méso/micro-usures dentaires) seront également appliquées sur le matériel en cours d’étude dans le cadre de différents programmes internationaux, qui nous permettent de disposer d’un abondant matériel d’étude bien contextualisé. Cet IRP s’inscrit notamment dans la continuité de ce qui a été initié dans le cadre des projets ‘ChroMed’ (LabExMed 2017-2019) et ‘PASSAGE’ (PICS 2019-2021) (dir. Ph. Fernandez & A. Bouzouggar) sur la chronologie et les dynamiques des peuplements préhistoriques méditerranéens et atlantiques au Maroc au Pléistocène moyen et supérieur. Il vient également en complément de ce qui est actuellement entrepris dans le cadre du projet ‘CAVES Africa’ (Leverhulme Grant 2022-2025, dir. N. Barton) au travers d’analyses isotopiques et de l’étude de téphras (matériau d’origine volcanique) issus de séquences archéologiques et de carottes marines, dans le but de préciser le cadre chronologique et paléoenvironnemental des occupations humaines MSA et LSA au Maroc.

Dans ce projet, sont principalement impliqués des chercheurs chargés de l’analyse des grandes et petites faunes des sites d’étude, des spécialistes des analyses isotopiques, de méso/micro-usures dentaires et de l’apprentissage automatique pour la composante paléoenvironnementale, ainsi que les archéologues et anthropologues responsables des sites qui apporteront la garantie de l’accessibilité du matériel, les potentialités concrètes des données archéologiques (fouilles en cours et collections) et plus largement leur expertise et un état de l’art sur les contextes chrono-culturels des occupations humaines pour la période considérée.

Plusieurs sites archéologiques majeurs couvrant la période chrono-culturelle du ESA, MSA et LSA au Maroc sont considérés (fig.1) : El Harhoura 2, El Mnasra, Dar-es-Soltane 2 et les Contrebandiers sur la façade nord-atlantique dans la région de Rabat-Témara ; la Grotte à Hominidés et la Grotte des Rhinocéros sur la façade atlantique dans la région de Casablanca; Bizmoune et Jorf el Hamam sur la façade sud-atlantique dans la région d’Essaouira ; et Taforalt et le Rhafas sur la façade méditerranéenne dans l’Oriental. La prise en compte de différentes zones bio-géographiques (littoral et intérieur des terres, atlantique et méditerranée, plaine et montagne) nous permettra de mieux appréhender les éventuels particularismes régionaux, fauniques comme climatiques, ainsi que l’adaptabilité des populations humaines à différents biotopes.

Fig. 1 : Les 10 sites d’étude considérés dans le projet HEMO, localisés dans trois zones biogéographiques différentes présentant chacune des paysages et faunes particulières, et ayant livré différents facies culturels ESA, MSA et LSA (carte E. Stoetzel & M. Cammas).

Des workshops et missions d’étude seront organisés à Paris et au Maroc (fig.2), et des bases de données communes seront établies, afin de faciliter la mise en place de comparaisons inter-sites et de synthèses inter-régionales.

Fig. 2 : Première mission d’étude dans le cadre du projet HEMO dans les collections de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) à Rabat. Haut : Philippe Fernandez et Houda Belamrya (Master 2 INSAP) étudient des restes de grands mammifères du site de Taforalt ; bas : Emmanuelle Stoetzel et Sabah Boula (Master 2 INSAP) analysent du matériel microfaunique de Jorf el Hamam
(photos E. Stoetzel, avril 2024).

Des actions ciblées sur le terrain (fig.3), adossées au calendrier de fouilles de certains sites, sont également envisagées afin de procéder à des échantillonnages complémentaires et préciser le contexte de certains prélèvements. Enfin, La formation d’étudiants, provenant d’universités à l’international comme au Maroc, sera également un volet important de ce projet (cours, séminaires, écoles de terrain, post-fouille). Ce sera l’occasion pour eux de se former sur les faunes pléistocènes d’Afrique du Nord dans leur contexte archéologique aux côtés de spécialistes internationaux, incluant également des mobilités dans les laboratoires étrangers pour se former à certaines disciplines et méthodes d’étude et/ou la consultation de collections muséales de référence (fig.4).

Fig. 3 : Gauche : les membres du projet HEMO (Emmanuelle Stoetzel, Camille Daujeard & Philippe Fernandez) présents lors des fouilles 2024 de la Grotte à Hominidés dans le cadre du programme archéologique « Préhistoire de Casablanca » (dir. C. Daujeard, R. Gallotti & A. Mohib) ;
droite : séances d’étude et de tri du matériel faunique
(photos E. Stoetzel & C. Daujeard, mai 2024).
Fig. 4 : Houda Belamrya a été accueillie au LAMPEA en février 2024 dans le cadre de son Master 2 « Etude morpho-géométrique du matériel dentaire des Equidae pléistocènes marocains de Bizmoune, Taforalt et Rhafas » (dir. Abdeljalil Bouzouggar, INSAP Rabat & Philippe Fernandez, LAMPEA UMR 7269) (photo Ph. Fernandez).

Coordinateurs

Coordinatrice du projet : Emmanuelle Stoetzel (HNHP UMR 7194, Paris)

Coordinateurs étrangers principaux : Abdeljalil Bouzouggar (INSAP, Rabat, Maroc) & Nick Barton (School of Archaeology, Oxford, UK).

Autres partenaires

Philippe Fernandez (LAMPEA UMR 7269, Aix-en-Provence), Camille Daujeard (HNHP UMR 7194, Paris), Roland Nespoulet (HNHP UMR 7194, Paris), Pierre Linchamps (HNHP UMR 7194, Paris & Wits Univ., Afrique du Sud), Amy Styring (School of Archaeology, Oxford), Stacy Carolin (School of Archaeology, Oxford), Louise Humphrey (NHM, Londres), Jean-Jacques Hublin (Collège de France, Paris), Zeljko Rezek (Collège de France, Paris), Antigone Uzunidis (Univ. Paris 1 Sorbonne), David Lefèvre (ASM UMR 5140, Montpellier), Mohammed Abdeljalil El Hajraoui (INSAP, Rabat), Abdelouahed Ben Ncer (INSAP, Rabat), Abderrahim Mohib (Dépt de la Culture, Kénitra & INSAP, Rabat), Bouchra Bougariane (Univ. Errachidia), Hicham Mhamdi (Univ. Oujda), Amy Clark (Harvard Univ.), Steven Kuhn (Univ Arizona), Teresa Steele (Univ. California), Elaine Turner (Monrepos Museum) + futur.e.s étudiant.e.s.

Bibliographie

Barton, N., Bouzouggar, A., Collcutt, S., Humphrey, L. (Eds), 2019. Cemeteries and sedentism in the Later Stone Age of NW Africa : excavation at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco, Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Band 147.

Bouzouggar, A., Humphrey, L., Barton, N., Parfitt, S., Clark Balzan, L., Schwenninger, J.L., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R., Bello, S., 2018. 90,000 year-old specialised bone technology in the Aterian Middle Stone Age of North Africa. PLoS ONE 13(10), e0202021.

Campmas, É., 2017. Integrating Human-Animal Relationships into New Data on Aterian Complexity: a Paradigm Shift for the North African Middle Stone Age. African Archaeological Review 34, 469-491.

Campmas, É., Daujeard, C., 2020. Co-évolution Hommes-Canidés en Afrique du Nord-Ouest : une longue histoire, in : Boudadi-Maligne, M., Mallye, J.B. (Eds), Relations hommes – canidés de la préhistoire aux périodes modernes, Bordeaux, Ausonius éditions, collection DAN@ 3, 2020, pp. 11-32.

Daujeard, C., Falguères, C., Shao, Q., Geraads, D., Hublin, J.J., Lefèvre, D., El Graoui, M., Rué, M., Galllotti, R., Delvigne, V., Queffelec, A., Ben Arous, E., Tombret, O., Mohib, A., Raynal, J.P., 2020. Earliest African evidence of carcass processing and consumption in cave at 700 ka, Casablanca, Morocco. Scientific Reports 10, 4761.

Daujeard, C., Geraads, D., Raynal, J.P., Mohib, A., Gallotti, R., Sbihi-Alaoui, F.Z., 2011. Carnivores et/ou hommes dans deux sites moustéro-atériens de Dar Bouazza (Casablanca, Maroc) : les données de la taphonomie, in Brugal, J.P., Gardeisen, A., Zucker, A. (Eds), Prédateurs dans tous leurs états. Evolution, Biodiversité, Interactions, Mythes, Symboles, Actes des XXXIèmes rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes (21-23 octobre 2010), pp. 49-64.

El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R., Debénath, A., Dibble, H. (Eds), 2012. Préhistoire de la Région de Rabat-Témara, Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol.III.

Fernandez, P., Bouzouggar, A., Collina-Girard, J., Coulon, M., 2015. The last occurrence of Megaceroides algericus Lyddekker, 1890 (Mammalia, Cervidae) during the middle Holocene in the cave of Bizmoune (Morocco, Essaouira region). Quaternary International 374, 154-167.

Gallotti, R., Mohib, A., Fernandes, P., El Graoui, M., Lefèvre, D., Raynal, J.P., 2020. Dedicated core-on-anvil production of bladelet-like flakes in the Acheulean at Thomas Quarry I – L1 (Casablanca, Morocco). Scientific Reports 10, 9225.

Gallotti, R., Muttoni, G., Lefèvre, D., Degeai, J.P., Geraads, D., Zerboni, A., Andrieu-Ponel, V., Maron, M., Perini, S., El Graoui, M., Sanz-Laliberté, S., Daujeard, C., Fernandes, P., Rué, M., Magoga, L., Mohib, A., Raynal, J.P., 2021. First high resolution chronostratigraphy for the early North African Acheulean at Casablanca (Morocco). Scientific Reports 11, 15340.

Gallotti, R., Raynal, J.P., Mohib, A., Fernandes, P., Magoga, L., El Graoui, M., Rué, M., Muttoni, G., Lefèvre, D., 2023. Early North African Acheulean techno-economic systems at Thomas Quarry I – L1 (Casablanca, Morocco). Journal of Anthropological Sciences 101, 63-121.

Hachi, S., 2006. Du comportement symbolique des derniers chasseurs Mechta-Afalou d’Afrique du Nord. C. R. Palevol 5, 429–440.

Hublin, J.J., Ben-Ncer, A., Bailey, S.E., Freidline, S.E., Neubauer, S., Skinner, M.M., Bergmann, I., Le Cabec, A., Benazzi, S., Harvati, K., Gunz, P., 2017. New fossils from Jebel Irhoud, Morocco and the pan-African origin of Homo sapiens. Nature 546, 289–292.

Humphrey, L., Bello, S.M., Turner, E., Bouzouggar, A., Barton, N., 2012. Iberomaurusian funerary behaviour: Evidence from Grotte des Pigeons Taforalt, Morocco. Journal of Human Evolution 62, 261-273.

Mhamdi, H., Stoetzel, E., Bouarakia, O., Aouraghe, H., Souhir, M., 2022. Morphological, biometric and taphonomic analysis of Holocene gerbils from Guenfouda (Eastern Morocco) and first mention of Gerbillus henleyi in a fossil record. Historical Biology 35(5), 623-636.

Sahnouni, M., Parés, J.M., Duval, M., Cáceres, I., Harichane, Z., Van der Made, J., Pérez-González, A., Abdessadok, S., Kandi, N., Derradj, A., Medig, M., Boulaghraif, K., Semaw, S.,2018.1.9-million- and 2.4-million-year-old artifacts and stone tool–cutmarked bones from Ain Boucherit, Algeria. Science 362,1297-1301.

Sehasseh, M., Fernandez, P., Kuhn, S., Stiner, M., Mentzer, S., Colarossi, D., Clark, A., Lanoe, F., Palles, M., Hoffmann, D., Benson, A., Rhodes, E., Benmansour, M., Laissaoui, A., Ziani, I., Vidal-Matutano, P., Morales, J., Djellal, Y., Longet, B., Hublin, J.J., Mouhiddine, M., Rafi, F.Z., Worthey, K.B., Sanchez-Morales, I., Ghayati, N., Bouzouggar, A., 2021. Early Middle Stone Age personal ornaments from Bizmoune Cave, Essaouira, Morocco. Science Advances 7, eabi8620.

Steele, T., Alvarez-Fernandez, E., 2011. Initial Investigations into the Exploitation of Coastal Resources in North Africa During the Late Pleistocene at Grotte Des Contrebandiers, Morocco, in : Bicho, N.F., Haws, J.A., Davis, L.G. (Eds), Trekking the Shore, pp. 383-403.

Stoetzel, E., Campmas, E., Michel, P., Bougariane, B., Ouchaou, B., Amani, F., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R., 2014. Context of modern human occupations in North Africa: contribution of the Témara caves data. Quaternary International 320, 143-161.

Stoetzel, E., Lalis, A., Nicolas, V., Aulagnier, S., Benazzou, T., Dauphin, Y., El Hajraoui, M.A., El Hassani, A., Fahd, S., Fekhaoui, M., Geigl, E.M., Lapointe, F.J., Leblois, R., Ohler, A., Nespoulet, R., Denys, C., 2019. Quaternary terrestrial microvertebrates from Mediterranean northwestern Africa: state-of-the-art focused on recent multidisciplinary studies. Quaternary Science Reviews 224,105966.

Turner, E., Humphrey, L., Bouzouggar, A., Barton, N., 2020. Bone retouchers and technological continuity in the Middle Stone Age of North Africa. PLoS ONE 15(3), e0230642.

Uzunidis, A., Fernandez, P., Bouzouggar, A., Barton, N., Humphrey, L., Kuhn, S., 2022. Herbivore dental wear analysis since the end of the Middle Pleistocene to the beginning of the Holocene in different archaeological contexts of Morocco (Bizmoune, El Khenzira and Taforalt). PALEO Hors-Série 2022, 208-227.

L’autrice

Emmanuelle Stoetzel est chargée de recherche au CNRS, spécialiste de l’étude des microvertébrés quaternaires et membre de l’UMR 7194 HNHP à Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Stoetzel (31 mai 2024). IRP HEMO – Relations Humains-Environnements à la Préhistoire au Maroc : entre Océan Atlantique et Mer Méditerranée. Bioarchéologies. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11r2t


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search