Poissons sous la loupe : de la mer au laboratoire

Introduction

Les collections de référence font partie de notre vie quotidienne au sein des laboratoires de recherche : squelettes d’animaux, coquilles de mollusques, graines et bien d’autres référentiels. Collections de laboratoires, personnelles, physiques ou virtuelles… Aujourd’hui, ce dispositif indispensable peut se présenter sous différents formats.

Pour les archéozoologues, les collections de référence sont l’outil principal de travail. Qu’il s’agisse de mammifères ou de poissons de tous les continents, l’identification au niveau de l’espèce s’avère compliquée, voire impossible dans certains contextes, sans recourir à ces référentiels. Dans la plupart des cas, les spécimens comportant des informations de base (espèce, sexe, âge, etc.) suffisent. Toutefois, pour répondre à des questions plus spécifiques, des informations plus détaillées et des critères supplémentaires sont souvent nécessaires (période de décès, région de provenance, alimentation, etc.).

Dans de telles situations, quelles méthodes peut-on utiliser pour accéder à ces données cruciales ? Et en quoi la participation citoyenne pourrait-elle contribuer à cette démarche ?

Ce billet explore une partie de ma recherche doctorale en archéo-ichtyologie, intitulée “L’organisation des activités de pêche et de collecte chez les populations méditerranéennes anciennes”. Un des objectifs principaux de cette recherche est de reconstituer et comprendre les modalités de ces pratiques dans le passé, et plus précisément du Néolithique à l’Âge du Fer, en se concentrant particulièrement sur leur aspect saisonnier.

Pour ce faire, un référentiel de poissons spécifiques est nécessaire, et pour le créer, établir un partenariat avec les fournisseurs s’est avéré indispensable.

Problématiques archéologiques et approche méthodologique

L’étude de la saisonnalité des pratiques de pêche est essentielle pour éclairer les stratégies de subsistance adoptées par les sociétés au fil du temps dans une région donnée. En observant les variations saisonnières des activités de pêche, nous pouvons mieux comprendre comment les ressources marines étaient exploitées selon les cycles de vie des différentes espèces. L’étude de la saisonnalité montre aussi comment les communautés côtières ont développé des comportements spécifiques pour s’adapter aux changements saisonniers, comme la disponibilité de certaines espèces dans une zone géographique précise en fonction du moment de l’année, ce qui témoigne de leur aptitude à exploiter les ressources marines de manière optimale (Desse and Desse-Berset, 1992; Sternberg, 1993; Van Neer et al., 1999).

Mais comment pouvons-nous identifier la saisonnalité de ces activités à travers des restes de poissons ? Ma méthodologie repose sur une approche pluridisciplinaire, centrée sur la sclérochronologie.

La sclérochronologie est une discipline qui étudie les parties calcifiées des organismes, comme les otolithes (structure calcaire trouvée dans l’oreille interne des poissons ; les otolithes détectent les ondes, permettant ainsi l’orientation et l’équilibre des organismes (Panfili et al., 2002)) et les vertèbres des poissons ou les coquilles des mollusques, pour reconstruire leur histoire individuelle. Cette discipline repose sur l’observation des stries de croissance enregistrées dans ces structures, permettant ainsi d’obtenir des informations précises sur la vie de l’organisme. Elle emploie diverses techniques pour déterminer l’âge des individus et déterminer la période et la durée des événements importants de leur vie, comme les périodes de reproduction et les migrations (Panfili et al., 2002).

La croissance des poissons est un processus continu mais qui varie en termes de vitesse, influencé par de nombreux facteurs internes et externes. Parmi ces facteurs, les caractéristiques de leur écosystème jouent un rôle crucial. Par exemple, la température de l’eau, la salinité, et la disponibilité des ressources alimentaires peuvent tous entraîner des variations de croissance (Brett, 1979; De Pontual et al., 2002).

Cette discipline était déjà largement appliquée aux corpus archéologiques, notamment sur les otolithes (Van Neer et al., 1999, 1993), les écailles (Guillaud, 2014; Guillaud et al., 2017) et les vertèbres (Oppliger, 2013; Torres et al., 2022). Les comparaisons entre des échantillons archéologiques et modernes permettent d’observer les motifs de croissance enregistrés sur les restes des poissons actuels et d’essayer de comprendre les événements marqués sur ceux des échantillons archéologiques ainsi que d’estimer la saison à laquelle les poissons ont été pêchés.

Cette comparaison entre les échantillons archéologiques et actuels représente un grand défi pour l’étude de la saisonnalité. Comme il a été mentionné plus haut, les facteurs environnementaux (exemple ; la température) jouent un rôle très important dans la croissance des taxons. Bien que ces informations écosystémiques soient facilement accessibles pour les espèces actuelles, leur obtention pour les restes archéologiques est plus complexe. En effet, ce sont des informations qui peuvent être obtenues avec des approches pluridisciplinaires, comme les analyses isotopiques ciblées (δ13C, δ15N, δ18O).

Les paramètres que nous pouvons avoir pour les taxons récents, dont la température ou la salinité de la surface, sont renseignés dans des bases de données. Pour la mer Méditerranée, toutes ces données sont accessibles via le système POSEIDON (https://poseidon.hcmr.gr).

Dans le cadre de ma recherche doctorale, j’étudie des vertèbres de poissons issues des sites archéologiques autour du Golfe Thermaïque en Grèce. Pour répondre aux questions de ma recherche et “révéler les secrets” de ces vertèbres, il est indispensable de comparer ces dernières avec des vertèbres de spécimens actuels. Comme les propriétés des écosystèmes marins sont variables, le cycle de croissance au sein d’une même espèce peut varier en fonction de sa provenance. Pour ces raisons, il s’avère que les collections ichtyologiques, même les mieux documentées et riches en spécimens et informations, comme celle du CEPAM (https://www.cepam.cnrs.fr/plateaux/salles-techniques/osteotheque-poissons-et-coquillages/), ont leurs limites.

La validité de mes observations nécessite que les vertèbres des poissons actuels respectent certains critères spécifiques : elles doivent provenir d’une zone géographique similaire à celle des restes archéologiques et être collectées régulièrement (mensuellement), afin de permettre l’identification des variations (fig. 1a&b).

La contribution des pêcheurs locaux

Pour respecter ces critères, sachant que le matériel archéologique de mon étude provient des sites du Golfe Thermaïque en Grèce, j’ai cherché à nouer des collaborations avec des pêcheurs dans cette région. Au fil du temps, des liens ont ainsi été établis avec des pêcheurs locaux de Nea Mihaniona, une commune côtière située à l’est du Golfe (fig. 2).

Dans cet objectif, j’ai choisi de privilégier des échanges avec des pêcheurs artisanaux plutôt qu’avec des pêcheurs industriels. Leur expérience leur permet de bien connaître les saisons, les habitats des poissons et leurs migrations (fig. 3).

Pour mener à bien ma recherche, j’ai souhaité établir une véritable relation de confiance et de collaboration avec les pêcheurs artisanaux, bien plus qu’une simple relation client-fournisseur. Pour ces raisons, entre 2023 et aujourd’hui, j’ai effectué plusieurs missions au port de pêche de Nea Mihaniona dans le but de rencontrer les pêcheurs dans leur environnement de travail, gagner leur confiance mais aussi dans le but de les familiariser à mon projet de recherche et à ses enjeux scientifiques (fig. 4).

J’ai régulièrement échangé avec cinq pêcheurs professionnels artisanaux de Nea Mihaniona, tous originaires et habitants de la commune (fig. 5-6b). Leur contribution est significative dans ma démarche. Grâce à eux, une collection ostéologique et sclérochronologique de référence est en cours de constitution pour plusieurs taxons, comme la dorade et le mulet porc, taxons très répandus dans les assemblages archéozoologiques de la région d’étude, tout en respectant rigoureusement les critères établis (localisation et date de la pêche).

Leur apport va bien au-delà de la simple fourniture de poissons. Leur expertise offre des informations détaillées sur les taxons et des clés d’identification basées sur leur expérience pratique. Par exemple, ils partagent des critères visuels essentiels pour distinguer les différentes espèces de mulets (fig. 7).

Ces critères, en comparaison avec les guides d’identification, nous permettent de valider les taxons fournis par des pêcheurs autres que nos collaborateurs habituels (Fischer et al., 1987; Sagarra and Llobet, 2016).

En cas de doute ou de désaccord, en particulier pour les espèces qui se ressemblent beaucoup, comme les mulets, les individus sont exclus de cette collection sclérochronologique.

La préparation de la collection

Le protocole méthodologique exige d’avoir des spécimens couvrant un cycle annuel ainsi que plusieurs individus par taxon. Les pêcheurs me fournissent des informations sur la technique de pêche utilisée, la zone approximative, la date exacte de la pêche, ainsi que le créneau horaire (pêche de nuit ou à l’aube) afin de compléter la base de données de la collection de référence. Les dimensions et le poids des spécimens sont également renseigner dans la base de données, ainsi que des observations supplémentaires telles que la présence des œufs de poisson (la rogue) ou les restes de la nourriture (fig. 8).

Le traitement des poissons s’effectue dans la salle de préparation archéozoologique au CEPAM. Cependant, une étape préliminaire de préparation a lieu en Grèce, consistant à lever des filets de poissons afin de faciliter leur transport (fig. 9).

Le mode opératoire de préparation est identique pour tous les échantillons. La première étape consiste à les cuire dans de l’eau pour faciliter l’enlèvement de la chair. Ensuite, les restes sont trempés pendant 24 heures dans un mélange d’eau et de poudre boosteur de lavage, contenant des enzymes (Tomkins et al., 2013), afin de bien nettoyer les échantillons de leur chair et muscle pour garantir une bonne qualité de conservation.

Après un lavage minutieux, les échantillons sont prêts pour le séchage et le stockage (fig. 10a&b). 

Dans un dernier temps, avant de procéder à l’observation des vertèbres et pour faciliter leur lecture, j’ai tenté la coloration naturelle des échantillons. La coloration du tissu osseux est utilisée en sclérochronologie. Cette méthode permet de rendre plus visibles les marques de croissance (Troadec et al., 2002). Pour cela, j’ai expérimenté la coloration à l’oignon rouge, solution déjà utilisé et recommandée par Lionel Gourichon (Gourichon, 2004), et à la betterave. Chaque préparation était réalisée à feu doux avec du vinaigre blanc. Les échantillons ont été laissés à tremper dans le mélange coloré tiède pendant 24 heures puis séchés (fig. 11a-c).

À ce stade, les échantillons de la collection de référence sont prêts pour l’étude.

Actuellement, cette collection comprend 45 individus répartis en quatre familles de poissons : les sparidés (dorade royale, denté rose), les mugilidés (mulet porc, labéon, à grosse tête, doré), les scombridés (maquereau espagnol) et les moronidés (bar).

Le choix de taxons est basé sur leur présence dans les corpus archéozoologiques de la région d’étude. Parmi tous ces taxons, la collection de la dorade royale est la mieux documentée, avec plusieurs individus prélevés mensuellement couvrant un cycle annuel.

Cette collection de référence de spécimens actuels de la Méditerranée revêt une importance majeure. Sa création va bien au-delà d’une simple accumulation de spécimens et de données. Elle constitue une étape qui demande beaucoup de préparation et qui est méticuleuse, mais aussi essentielle pour répondre aux questionnements de ma recherche doctorale. 

 Travail en cours… !

Valorisation de ce projet

Cette démarche collaborative avec les pêcheurs locaux a été présentée à la communauté scientifique lors de la séance SPF “Démarches participatives pour la recherche et la valorisation du patrimoine archéologique”, les 14 et 15 mars 2024 à Paris. Le projet a été valorisé sous forme de poster, et les discussions qui ont suivi ont été enrichissantes (fig. 12).

Remerciements

Un grand merci aux pêcheurs du port de Nea Mihaniona. Merci également à tous les collaborateurs, qu’ils soient pêcheurs amateurs ou professionnels, pour nos échanges fructueux. Un immense merci à Fanis Karydas, non seulement pour l’approvisionnement, mais aussi pour nos longues discussions sur les diverses problématiques et pour le partage généreux de son expertise.

Merci à Benjamin Rousset pour le partage généreux de ses images, illustrant ce billet.

La thèse doctorale, dont ce projet fait partie, s’inscrit dans le cadre du programme H2020 ERC – Consolidator Grant MERMAID – Marine Ecosystems, Animal Resources and Human Strategies in Ancient Mediterranean: Integrated Studies on Natural and Societal Resilience, et est intégrée à l’axe de recherche intitulé « Sociétés méditerranéennes et ressources marines : stratégies, choix et adaptations » (https://www.cepam.cnrs.fr/sites/mermaid/ ).

Bibliographie

Brett, J.R. 1979. Environmental factors and growth, in: Hoar, W.S., Retaland, D.J., Brett, J.R. (Eds.), Fish Physiology. Academic Press, London, pp. 599-675.

De Pontual, H., Panfili, J., Wright, P., Troadec, H. 2002. Chapitre I – Introduction. A. Introduction générale, in: Panfili, J., De Pontual, H., Troadec, H., Wrigh, P.J. (Eds.), Manuel de Sclérochronologie Des Poissons, IRD Éditions, Marseille, pp. 19-22.

Desse, J., Desse-Berset, N. 1992. Âge et saison de mort des poissons : applications à l’archéologie, in: Baglinière, J.-L., Castanet, J., Conard, F., Meunier, F.J., Desse, J., Desse-Berset, N. (Eds.), Tissus durs et âge individuel des vertébrés: colloque national, Bondy, du 4 au 6 mars 1991, Collection Colloques et séminaires. ORSTOM : INRA, Paris, pp. 341–353.

Fischer, W., Bauchot, M.L., Schneider, M. 1987. Fiches FAO d’identification des espèces pour les besoins de la pêche : Mediterranee et Mer Noire : zone de peche 37. FAO, Rome.

Gourichon, L. 2004. Faune et saisonnalité : l’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Epipaléothique et le Néolithique précéramique du Levant nord (Syrie),Thèse de doctorat, Lyon 2, Lyon.

Guillaud, E. 2014. Études archéo-ichtyofaunique des sites magdaléniens du Taillis des Coteaux et de La Piscine (Vallée de la Gartempe, Vienne) : taphonomie, biodiversité et techniques de pêche, Thèse de doctorat, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Guillaud, E., Elleboode, R., Mahé, K., Béarez, P. 2017. Estimation of Age, Growth and Fishing Season of a Palaeolithic Population of Grayling (Thymallus thymallus) Using Scale Analysis: Palaeolithic Growth of Grayling (Thymallus thymallus). International Journal of Osteoarchaeology 27, 683–692.

Oppliger, J. 2013. La pêche au temps des lacustres sur les lacs de Neuchâtel et de Morat (Suisse) : saisonnalité et stratégie du Néolithique moyen au Bronze final, Thèse de doctorat, Université de Genève, Genève.

Panfili, J., de Pontual, H., Troadec, H., Wrigh, P.J. (Eds.) 2002. Manuel de sclérochronologie des poissons. IRD Éditions, Marseille.

Sagarra, E.B., Llobet, T. 2016. Faune et flore de la mer Méditerranée. Biotope éditions, France.

Sternberg, M. 1993. Le rôle de la pêche dans l’économie vivrière d’une société protohistorique du littoral méditerranéen français à travers l’étude de l’ichtyofaune : proposition d’un modèle d’analyse : le cas du gisement de Lattes (Hérault) entre le début du troisième siècle avant notre ère et la fin du 1er siècle de notre ère, Thèse de doctorat, Paris 1, Paris.

Tomkins, H., Rosendahl, D., Ulm, S. 2013. Tropical Archaeology Research Laboratory Comparative Fish Reference Collection: Developing a Resource for Identifying Marine Fish Remains in Archaeological Deposits in Tropical Australasia. Queensland Archaeological Research 16, 1–14.

Torres, J., Mahe, K., Dufour, J.-L., Bearez, P., San Roman, M. 2022. Characterizing seasonal fishing patterns and growth dynamics during the Middle and Late Holocene in the Strait of Magellan (Chilean Patagonia): Sclerochronological analysis of tadpole codling (Salilota australis) vertebrae. Journal Of Island & Coastal Archaeology 17, 1–20.

Troadec, H., Pontual, H. de, Panfili, J., McCurdy, W.J., Meunier, F.J., Geffen, A.J., Morales-Nin, B. 2002. Chapitre VIII. Techniques de préparation et d’observation, in: Panfili, J., De Pontual, H., Troadec, H., Wrigh, P.J. (Eds.), Manuel de Sclérochronologie Des Poissons, IRD Éditions, Marseille, pp. 305–372.

Van Neer, W., Augustynen, S., Linkowski, T. 1993. Daily growth increments on fish otoliths as seasonality indicators on archaeological sites: The Tilapia from late palaeolithic Makhadma in Egypt. International Journal of Osteoarchaeology 3, 241–248.

Van Neer, W., Löugas, L., Rijnsdorp, A.D. 1999. Reconstructing age distribution, season of capture and growth rate of fish from archaeological sites based on otoliths and vertebrae. International Journal of Osteoarchaeology 9, 116–130.

L’autrice

Sotiria (Sissy) Gavrou est doctorante en archéozoologie, Unica, CNRS, CEPAM, France. Email : sotiria.gavrou@etu.univ-cotedazur.fr, Sotiria.gavrou@cnrs.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sotiria Gavrou (28 juin 2024). Poissons sous la loupe : de la mer au laboratoire. Bioarchéologies. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wev


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search