De nouveaux horizons s’ouvrent pour la bioarchéologie

La communauté nationale inter-institutionnelle des bioarchéologues réunie depuis plus de 15 ans dans le réseau BioarchéoDat se caractérise par un positionnement scientifique d’interfaces. L’objet de sa recherche consiste en effet à mettre à profit les sources archéologiques pour décrire et comprendre les interactions entre sociétés humaines, environnement et biodiversité à différentes échelles de temps (décennies, siècles, millénaires), dans de multiples situations de changement climatique, environnemental ou sociétal et de ce fait en lien avec les grandes questions biosociales actuelles de l’anthropologie et de l’histoire de l’environnement.

Ce n’est pas seulement parce qu’elle s’est très tôt réclamée de l’approche métasystémique de l’anthroposystème, aujourd’hui admise de tous, ni parce qu’elle revendique, sans être aussi bien entendue, la prise en compte de toutes les formes de diversité et du temps long, qu’elle occupe cette position centrale. C’est aussi parce qu’elle ambitionne d’aborder cette vaste question selon ses multiples composantes, depuis l’analyse des systèmes techniques et des pratiques sociétales, à l’interface des ressources biologiques, des savoirs et des modes de vie, jusqu’à celle des représentations mentales s’exprimant par exemple dans les mises en scène funéraires impliquant des restes biologiques, mais aussi dans les pratiques alimentaires et les manifestations artistiques, en passant par l’anthropisation des écosystèmes, l’acclimatation ou la domestication et leurs manifestations biologiques et sociales. Cette position d’interface résulte tout autant de la nature même de la documentation et des contextes archéologiques sur lesquels s’appuie la recherche bioarchéologique, qui nécessite d’avoir recours à une large gamme de techniques analytiques, souvent pointues, transférées et adaptées des sciences de la terre ou de la vie, mais fondées sur des régimes de preuves éloignés de ceux de l’archéologie traditionnelle. Cette diversité requiert d’ailleurs des savoirs et des savoir-faire spécialisés qui génèrent une diversité de métiers, potentielle faiblesse que le regroupement dans le réseau BioarchéoDat (https://bioarcheodat.hypotheses.org/) transforme en une force collective dont nous ne mesurons pas toujours suffisamment les enjeux épistémologiques ni le potentiel d’innovation, y compris pour l’archéologie elle-même.

Bien évidemment, ces recherches bio(géo)archéologiques visent en premier lieu une contribution à la synthèse archéologique, site par site, région par région, période par période, et à la patrimonialisation des vestiges du passé. Mais contrairement aux autres composantes méthodologiques de l’archéologie, elles contribuent aussi à des questions n’intéressant pas directement l’archéologie, telles que l’origine des patrons de la biodiversité actuelle ou la plasticité des entités biologiques sous contrainte anthropique à faible échelle de temps. Ces sujets relèvent des sciences de l’évolution et trouvent des applications en biologie de la conservation. N’oublions pas que l’ancêtre de ce réseau, baptisé « Processus tardiglaciaires et holocènes » (PTH ; 1994-1999) fut fondé à la suite de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement de 1992, tenue à Rio de Janeiro, dans le but de recenser, à travers les données de la paléontologie du Quaternaire et de l’archéozoologie, la biodiversité passée des vertébrés en France. PTH était financé par le Programme national sur la dynamique de la biodiversité (PNDB) puis par le Programme Environnement, Vie et Société du CNRS. C’est encore principalement cette problématique qui a permis, de 2008 à 2011, de faire prospérer le réseau BioarchéoDat dans le cadre de l’ANR Corpus, et de jeter les bases du GDR du même nom.

Aujourd’hui, les préoccupations biosociales qui pointaient en 1992 à Rio sont devenues centrales pour les Nations Unies, mais aussi pour nombre de pays et de citoyens. Sans doute de façon trop lente et timorée, elles deviennent les axes majeurs des politiques nationales et supranationales. De multiples organisations ont été mises en place et des financements de plus en plus importants sont mis à disposition. Parmi les 17 objectifs de développement durables (ODD) structurant ces politiques, on note l’alimentation et les ressources alimentaires (ODD2), la santé et le bien-être (ODD3), la lutte contre le changement climatique (ODD13), la gestion de la vie aquatique (ODD14) et des ressources biologiques terrestres (ODD15). Autant de sujets sur lesquels la communauté BioarchéoDat peut (et doit) apporter la contribution des scénarios du passé qu’elle est seule à maîtriser dès lors qu’il s’agit de disposer d’un recul séculaire ou millénaire.

La création en 2012 de l’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) a tardé par rapport à la mise en place de son équivalent pour le climat, le GIEC (1988), mais elle a généré un formidable élan concernant les problématiques liées à la biodiversité, qui s’est traduit entre autres par la mise en place en 2021 de Biodiversa+, partenariat européen de coordination et de financement des projets de recherche soutenu par les Pays membres et la Commission européenne. Le CNRS et le MNHN, qui soutiennent le réseau, sont membres de ce partenariat dans lequel les recherches et les résultats de la bioarchéologie sont les bienvenus, mieux encore, susceptibles d’apporter des approches originales.

Or, les recherches bioarchéologiques en sont pour l’instant absents, privant la réflexion internationale d’une approche riche, intégrée et originale sur la longue durée, et privant en retour notre communauté d’une visibilité, d’une stimulation et d’un soutien financier qui seraient tous trois bienvenus.

Pourtant, la partie est loin d’être perdue, et la vitalité du GDR BioarchéoDat et de la communauté qui le fait vivre constituent un atout majeur pour relever le défi. Une réflexion doit s’engager au sein du GDR et en lien étroit avec les institutions qui soutiennent le réseau, afin d’accroître la visibilité de nos domaines de recherche, de montrer comment ils peuvent s’inscrire dans les débats sociétaux actuels et d’accompagner les équipes dans leurs réponses aux nombreux appels à projets régionaux, nationaux ou européens.

Afin d’initier le débat, je propose plusieurs pistes de réflexion ou d’action, qui devront être discutées et précisées par notre communauté :

à l’échelle individuelle, il faut gagner en ambition, dépasser à chaque fois que c’est possible notre rôle incontournable de pourvoyeurs de données archéologiques pour valoriser nos questionnements et nos résultats au cœur des préoccupations biosociales ;

collectivement, il nous faut travailler pour porter nos données et nos résultats à un niveau d’intégration (et de formulation) qui en feront des “connaissances exploitables” pour les questions biosociales. Cela implique :

. de déposer nos données dans les entrepôts en cours de création, notamment InDoRES pour le CNRS-INEE et le MNHN ;

. de prolonger collectivement le travail engagé depuis 30 ans pour adjoindre nos données bioarchéologiques aux grands jeux de données sur la biodiversité ; un Comité d’expert « Biodiversité du passé » travaille déjà sur ce sujet au sein du Conseil scientifique du Pôle national de données de biodiversité (PNDB) ;

. de faire aussi connaître nos résultats hors du monde de l’archéologie, en publiant, à chaque fois que c’est possible, dans des supports généralistes, en participant à des colloques thématiques sur les questions biosociales, en communiquant dans les médias sur ces thématiques (et pas seulement sur des thématiques archéologiques) ;

Dans nos institutions ou à la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, il faut faire connaître (et entendre) notre communauté et ses compétences uniques dans les nouveaux cadres qui nous sont (enfin!) offerts (par ex. Biodiversa+).

Enjeux et matériels de la bioarchéologie (Vigne inédit)

L’auteur

Jean-Denis Vigne est directeur de recherche émérite au CNRS et chargé de mission au Muséum National d’Histoire Naturelle.



Citer ce billet
Jean-Denis Vigne (2023, 10 juillet). De nouveaux horizons s’ouvrent pour la bioarchéologie. Bioarchéologies. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search